•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des progrès vers la création d’un vaccin contre l’acné

Photo: iStock
Radio-Canada

Un vaccin expérimental mis au point par une équipe internationale de dermatologues permet de neutraliser l'inflammation associée aux lésions de la peau observées chez les personnes souffrant d'acné.

Un texte d'Alain Labelle

L’Acne vulgaris est une affection de la peau qui frappe environ 85 % des adolescents et jeunes adultes à différents degrés. Elle est associée à la surproduction d’une bactérie, la Cutibacterium acnes, qui compte pour environ 60 % des bactéries qui peuplent la peau du visage humain.

Le saviez-vous?

  • L'acné est une affection cutanée caractérisée par l'apparition de boutons et de points noirs, qui sont des amas de matière sébacée qui bouche les pores de la peau et cause de l’inflammation.
  • Elle est observée surtout sur le visage, le cou, la poitrine, le haut du dos et les épaules.
  • Environ 5 millions de Canadiens souffrent d'acné.

Le dermatologue Chun-Ming Huang, de l’Université de la Californie à San Diego, et ses collègues allemands et taïwanais ont déterminé qu’un certain facteur (CAMP 2) sécrété par la bactérie Cutibacterium acnes est la source principale de l'inflammation de la peau associée aux lésions d’acné.

En partant de cette connaissance, les chercheurs ont tenté d’inhiber cette inflammation en utilisant des anticorps contenus dans un vaccin pour neutraliser la virulence du facteur CAMP 2 chez des souris et dans des cellules cutanées humaines.

Les chercheurs ont dirigé ces anticorps contre une toxine sécrétée par la bactérie Cutibacterium acnes, ce qui a permis de réduire la réponse inflammatoire dans les lésions d'acné.

Les médicaments actuels n’offrent souvent pas de résultats optimaux et peuvent causer des effets secondaires difficiles à tolérer, comme de la sécheresse et de l'irritation cutanées, mais aussi l’apparition de symptômes associés à la dépression.

Un vaccin contre l'acné pourrait minimiser les effets indésirables potentiels des rétinoïdes topiques et des antibiotiques, les options de traitement actuelles.

Ce vaccin anti-inflammatoire serait le premier à cibler les bactéries déjà présentes dans la peau humaine.

Les options thérapeutiques actuelles ne sont souvent pas efficaces ni tolérables pour un grand nombre d'adolescents et d'adultes qui souffrent de cette affection inflammatoire cutanée multifactorielle.

Dr Chun-Ming Huang

Pour cette raison, « de nouvelles thérapies sûres et efficaces sont grandement nécessaires », explique-t-il.

Dès que nos résultats seront validés par un essai clinique à grande échelle, l'impact potentiel de nos travaux sera énorme pour les centaines de millions de personnes souffrant d'acné.

Dr Chun-Ming Huang

Le détail de ces travaux est publié dans le Journal of Investigative Dermatolog (Nouvelle fenêtre)y (en anglais).

Médecine

Science