•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des retraités pour contrer le manque de main-d’œuvre

Une gestionnaire discute avec un travailleur

Une gestionnaire discute avec un travailleur

Photo : Getty Images / Alvarez

Radio-Canada

Une entreprise de Québec propose de recruter de jeunes retraités pour répondre de manière ponctuelle aux importants besoins de main-d'oeuvre qualifiée des entreprises.

L’entreprise AmphiOr, créée il y a deux ans, a constitué une banque de ressources disponibles, des experts préretraités et retraités qui ont un bagage entrepreneurial et dont l’expertise peut encore bénéficier aux entreprises.

« Je me suis rendue compte après une analyse que c’était des personnes [les retraités] qui avaient un potentiel fou, qui avaient du vécu, le goût de continuer et beaucoup, de rendre service, passer le flambeau et d’encadrer des plus jeunes à démarrer et d’autres à reprendre des entreprises », explique la présidente-directrice générale d’AmphiOr, Anne-Marie D. Philippe.

AmphiOr rassemble notamment d’anciens présidents d’entreprises, chercheurs, des personnes qui ont eu des hauts niveaux de responsabilités, professionnels, cadres et dirigeants qui s’inscrivent sur son site Internet. Elle les met ensuite en lien avec des entreprises qui ont besoin d’un coup de pouce pour aller de l’avant.

« On est en plein là-dedans, beaucoup de jeunes rachètent des entreprises, mais manquent de vécu et de temps pour posséder tout ce qu’il leur faut pour diriger », souligne Mme Philippe.

Les retraités ne se voient pas offrir du travail à temps plein, mais des mandats ponctuels pour combler certains besoins ou transmettre leurs connaissances.

Anne-Marie D. Philippe, présidente-directrice générale d’Amphior. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les travailleurs qui ont une expertise sont en demande.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Piedboeuf

« Les entreprises n’ont pas besoin d’engager des ressources à temps plein toute l’année, mais il faut persuader les gens que l’intergénérationnel, c’est quelque chose de très valable, de très dynamique dans une entreprise et qu’on a tout à gagner à se diriger vers l’intergénérationnel », fait valoir Mme Philippe.

En plus d’aider les jeunes entreprises, l’initiative permet aussi de contrer la solitude de professionnels qui, à la retraite, ont toujours envie de se sentir utiles.

Selon la Ville de Québec, 17 000 emplois sont à pourvoir dans la grande région de Québec. Les secteurs les plus touchés sont la restauration, l'hôtellerie et le manufacturier et touche notamment les jeunes entrepreneurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Emploi