•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CAQ promet de donner plus d'argent et de ressources aux proches aidants

Le reportage d’Anne-Louise Despatie.

Un gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) présenterait une première politique nationale sur les proches aidants, a annoncé mardi son chef, François Legault. Il était accompagné pour l'occasion de sa candidate dans Prévost, l'ex-ministre libérale Marguerite Blais, qui a fait de ce thème son cheval de bataille.

Un texte de François Messier

La politique nationale pour les proches aidants sera conçue après consultation avec les groupes communautaires, le Regroupement des aidants naturels du Québec et des spécialistes, a précisé M. Legault lors de cette conférence de presse tenue à Thetford Mines. Des coordonnateurs seraient aussi déployés dans les régions du Québec pour assurer le suivi des mesures adoptées.

La CAQ s'est aussi engagée à augmenter le crédit d'impôt offert aux aidants naturels à 2500 $ par année, contre 1176 $ à l'heure actuelle. Selon Mme Blais, il importe de donner « beaucoup plus » de marge de manoeuvre à tous ceux et celles qui aident un proche à affronter une maladie ou un handicap.

« Ça coûte très cher quand on est un proche aidant; on s'appauvrit, a-t-elle fait valoir. On a écouté les organismes concernés, qui nous demandent de déposer un crédit fiscal de cette envergure. »

La CAQ s'engage également à appuyer la construction de 20 maisons Gilles-Carle, destinées à offrir un répit aux aidants naturels. Selon M. Legault, le parti répond ainsi à la demande de la Fondation Gilles-Carles, mise sur pied et dirigée par la veuve du défunt cinéaste, Chloé Sainte-Marie.

Un gouvernement caquiste offrirait une somme de 1,3 million de dollars pour la construction de ces maisons au cours d'un premier mandat, ainsi qu'un financement de 4,3 millions par année pour leur fonctionnement. Une autre partie du financement viendrait de la Fondation, qui effectue ses propres collectes de fonds, a précisé M. Legault.

M. Legault discute avec une résidente du centre d'hébergement.Le chef de la CAQ au centre d’hébergement Domaine Saint-Désiré, à Thetford Mines, où avait lieu l'annonce. Photo : Radio-Canada / Mathieu Potvin

La CAQ s'est aussi engagée à créer un « Observatoire pour les proches aidants », formé d’universitaires, qui conseillerait le gouvernement sur les moyens de « mieux aider les aidants naturels », et à investir au moins 15 millions de dollars par année à compter de 2021 pour assurer la survie du fonds de soutien aux proches aidants.

Rectificatif

Une première version de ce texte indiquait que le fonds de soutien aux proches aidants était lié à la Fondation Chagnon. Il s'agit plutôt de Sojecci II Ltée, qui est la Société de gestion du patrimoine de la famille Chagnon.

Selon la CAQ, l'ensemble de ces engagements coûtera 93 millions de dollars.

« On estime qu’il y a 1,6 million de personnes qui se démènent chaque jour pour un proche qu’elles aiment. Des hommes, plus souvent des femmes, qui soutiennent leur conjoint, leurs parents, un enfant handicapé », a commenté le chef de la CAQ.

Ce sont pour moi des héros, des héroïnes, qu’on a le devoir d’aider comme société. On doit mieux reconnaître leur contribution, légalement et financièrement.

François Legault, chef de la Coalition avenir Québec

« On a écouté les organismes, et on répond aujourd'hui à leurs demandes », a assuré Mme Blais, qui a longuement vanté le « changement » que propose M. Legault, et plus particulièrement son engagement à créer une politique nationale pour les proches aidants.

Ministre responsable des aînés de 2007 à 2012 au sein du gouvernement libéral de Jean Charest, Mme Blais n'avait pas été nommée au Conseil des ministres quand Philippe Couillard a accédé au pouvoir en 2014, parce qu'elle devait elle-même s’occuper de son mari mourant.

M. Legault a convenu que les annonces d'aujourd'hui ne permettront pas de régler tous les problèmes des aidants naturels, mais affirme qu'il s'agit d'un pas dans la bonne direction. Des annonces visant à appuyer le « soutien au domicile » seront faites ultérieurement, a-t-il souligné.

« Tout fonctionne ensemble, a résumé Mme Blais. Il faut d'abord qu'il y ait le maintien à domicile, parce que les gens veulent rester chez eux le plus longtemps possible. Pour les maintenir à domicile, il faut soutenir les proches qui s'occupent des personnes malades. Ça prend une politique qui englobe ce que les gens veulent à l'intérieur de ça. »

Les Maisons des aînés que son parti entend construire s'inscrivent aussi dans cette approche, a-t-elle dit, puisqu'elles permettront d'accueillir les personnes en lourde perte d'autonomie.

Selon elle, la CAQ sait où elle s'en va sur tous ces sujets, grâce aux apports des groupes impliqués dans ce dossier, mais elle entend tout de même les réunir à l'occasion d'un « forum » pour « leur demander ce qu'ils veulent faire ».

Jamais la Coalition avenir Québec ne va faire des politiques en partant du haut vers le bas. Elle va toujours partir du bas pour aller vers le haut.

Marguerite Blais, candidate de la CAQ dans Prévost

Réaction positive du milieu

La coordonnatrice générale du Regroupement des aidants naturels du Québec, Mélanie Perroux, se dit heureuse que les proches aidants soient pris en compte dans la campagne.

« C’est quand même 25 % de la population québécoise, il était temps qu’on fasse des choses pour eux », a souligné Mme Perroux en entrevue à ICI RDI.

Elle se réjouit particulièrement de la création d’une politique nationale de soutien aux proches aidants, ce qui permettra l’adoption de mesures globales et non « à la pièce ». Elle estime toutefois qu'il y a encore beaucoup à faire pour soulager les aidants naturels et attend de voir ce que les autres partis proposeront dans ce domaine.

Politique provinciale

Politique