•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les arbres des plantations néo-brunswickoises poussent-ils plus vite que prévu?

Une forêt au Nouveau-Brunswick vue du haut des airs.

Des experts estiment les forêts du Nouveau-Brunswick donneront un meilleur rendement en bois dans les années à venir grâce à de meilleures pratiques de gestion forestière.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des universitaires jugent crédibles les prévisions d'experts du gouvernement néo-brunswickois selon lesquels les terres de la Couronne où des arbres ont été replantés donneront de bien meilleurs rendements que ce qui était envisagé il y a quelques années.

Le gouvernement Gallant a cité ces projections le mois dernier pour expliquer comment il était possible, selon lui, d’augmenter de 150 000 hectares les terres protégées sans réduire les allocations de bois des grandes compagnies forestières.

Il n’a toutefois pas voulu dévoiler le détail de ces estimations.

Sans avoir vu les chiffres, le professeur en foresterie et en gestion environnementale Tom Beckley, de l’Université du Nouveau-Brunswick, affirme que les prévisions du gouvernement sont « plausibles ».

Il avait eu vent de ces prévisions en 2004, lorsque l’ancien gouvernement progressiste-conservateur de David Alward a augmenté les allocations de bois des grandes entreprises forestières sur les terres de la Couronne, à la suite de pressions de ces dernières.

Au moment d'accorder les nouvelles allocations, le gouvernement Alward avait toutefois réduit de 28 à 23 % la superficie des terres protégées.

Le gouvernement sortant de Brian Gallant jugeait récemment que les plantations d’arbres sur les terres de la Couronne se portent tellement bien qu’il pouvait ramener le pourcentage des terres protégées à 28 %.

L »e ministre Rick Doucet répond à une question en conférence de presse.

Le ministre du Développement de l'énergie et des ressources du N.-B., Rick Doucet, a annoncé le mois dernier que son gouvernement ramenait à 28 % la superficie des terres protégées au Nouveau-Brunswick.

Photo : CBC/Connell Smith

De meilleures pratiques de gestion

Des experts indépendants en foresterie s’entendent pour dire que les zones des terres de la Couronne où des arbres ont été replantés après une coupe donnent de meilleurs rendements que prévu à cause de meilleures pratiques de gestion des forêts, comme la coupe sélective, de meilleurs semis et l’abandon de la plantation de conifères dans des zones plus propices aux feuillus.

Un spécialiste des écosystèmes forestiers à l’Université du Maine, Aaron Weiskittel, se dit impressionné par ce qu’il a vu dans les forêts néo-brunswickoises.

Je crois qu’ils ont appris du passé; ils ont de très bonnes plantations. Je ne serais pas étonné qu’ils obtiennent de meilleurs rendements en bois que ce qu’ils avaient prévu, dans les années à venir.

Aaron Weiskittel, professeur en foresterie à l'Université du Maine
Une photo d'Aaron Weiskittel, professeur en foresterie à l'Université du Maine, adossé à un arbre.

Aaron Weiskittel est professeur en foresterie à l'Université du Maine.

Photo : Northeastern States Research Cooperative

Selon M. Weiskittel, des projections indiquent que les plantations forestières bien gérées donnent un rendement en bois de 200 à 300 % supérieur aux forêts où il n’y a eu aucune gestion forestière.

Des doutes

Le président de la Fédération des propriétaires de lots boisés privés du Nouveau-Brunswick, Rick Doucett, a toutefois des doutes sur ces prévisions. Il est difficile de savoir si elles concernent toutes les essences d’arbres et dans quelle mesure le bois obtenu sera de qualité sans avoir vu les détails, dit-il.

Il trouve paradoxal que le gouvernement sortant ne dévoile pas le détail de ses prévisions alors qu’il s’était engagé à plus de transparence lorsqu'il a dévoilé sa nouvelle stratégie de gestion des forêts.

Avec les informations de Connell Smith, CBC

Nouveau-Brunswick

Industrie forestière