•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Couillard s’engage à réaliser une décentralisation majeure

Alexandre Boulay, Philippe Couillard et François Whittom devant un bateau de pêche.

Philippe Couillard, chef du Parti libéral du Québec (PLQ), entouré d'Alexandre Boulay, candidat du PLQ dans la circonscription de Gaspé, et de François Whittom, candidat dans la circonscription de Bonaventure, lors d'une annonce à Rivière-au-Renard, le 4 septembre 2018.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Deschênes

Radio-Canada

Le chef du Parti libéral du Québec a annoncé qu'un gouvernement du PLQ décentraliserait les processus décisionnels de certains ministères en transférant les équipes concernées dans les régions où se trouve une grande part de leurs activités.

Un texte de Romain Schué (Nouvelle fenêtre) et Ximena Sampson

De passage à Gaspé, M. Couillard a indiqué que quatre régions accueilleraient des employés et les hauts dirigeants de certains ministères :

  • Abitibi-Témiscamingue : le secteur des mines du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles;
  • Saguenay–Lac-St-Jean : le secteur des forêts du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs;
  • Gaspésie : le secteur des pêches du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation;
  • Les Îles-de-la-Madeleine : le secteur de la mariculture du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

Les ministères sont tous situés à Québec. Leur éventuel déménagement se fera « en collaboration avec les syndicats et dans le plein respect des conventions collectives », a souligné Philippe Couillard.

Il a dit ne pas douter qu’il serait facile de convaincre les fonctionnaires de déménager en région, mais a refusé de chiffrer l’annonce et de mentionner combien de personnes seraient touchées.

La question financière est marginale, a déclaré le chef du PLQ.

S’il faut déménager du monde et payer pour déménager du monde, on le fera.

Philippe Couillard, chef du PLQ

Cette première décentralisation ne serait qu’une première étape, a indiqué le chef libéral. Les déménagements pourraient se poursuivre selon l’intérêt qui sera manifesté par les régions.

C’est le nouveau ministre affecté aux Régions, un nouveau poste annoncé lundi, qui aura la responsabilité de coordonner les opérations.

Enthousiasme du maire de Gaspé

Daniel Côté répond aux questions de journalistes devant un bateau de pêche.

Le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Photo : Radio-Canada

Le maire de Gaspé, Daniel Côté, s’est dit très enthousiasmé par l’annonce, qui impliquerait le déménagement de 25 fonctionnaires du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation à Gaspé.

« Quand tu es dans une tour au centre-ville de Montréal ou de Québec, tu es moins sensible aux réalités du terrain », a-t-il déclaré aux journalistes, soulignant que les employés du ministère auraient plus de possibilités de côtoyer des pêcheurs dans les rues de Gaspé.

Il s’est réjoui du côté très concret de l’engagement du PLQ et a dit espérer qu’il se réalisera, quel que soit le parti qui prendra le pouvoir le 2 octobre.

Le SFPQ peu enthousiaste

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) n’est pas convaincu que cette annonce permettra une amélioration des services offerts à la population.

Le SFPQ, qui représente quelque 30 000 fonctionnaires, souligne également que tout transfert de poste devra se faire dans le respect des conventions collectives, qui prévoient qu’on ne peut forcer un employé à accepter un poste à plus de 50 km de sa résidence.

En entrevue à ICI RDI, Christian Daigle, président du SFPQ, a souligné que le gouvernement de Philippe Couillard avait effectué des compressions allant jusqu’à 10 % dans les effectifs de la fonction publique en région.

« Après avoir appauvri les régions pendant quatre ans de mandat, il tente de regagner un peu de votes, de confiance, de la part des élus municipalité et des élus régionaux », a remarqué M. Daigle.

« Peu crédible »

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a lui aussi critiqué l'annonce du chef libéral.

Réagissant à l’annonce de M. Couillard alors qu’il était lui aussi en Gaspésie, à Carleton-sur-Mer, M. Lisée a soutenu que son adversaire n’était pas crédible, puisque le PLQ, selon ses dires, a plutôt « affaibli la présence de l’État en région ».

« Ils ont eu 15 ans pour faire ça, et ce qu’ils ont fait c’est de retirer des directions régionales », a déclaré M. Lisée, qui promet, lui aussi, de donner plus de pouvoir aux régions.

Une décentralisation des pouvoirs avait déjà été entamée par le gouvernement Couillard sortant.

En adoptant, l’automne passé, le projet de loi 121, l’Assemblée nationale a offert plus de pouvoirs aux municipalités, dont la Ville de Montréal, qui a obtenu le statut de métropole du Québec.

Ce titre permet notamment à Montréal de dédommager des commerçants touchés par des travaux d’infrastructure, d’agir plus rapidement sur les immeubles insalubres ou encore de fixer librement les heures d’ouverture des bars et des commerces sur son territoire.

Politique provinciale

Politique