•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Atteint d’un cancer, le député Sylvain Roy est « prêt à aller au combat »

M. Roy regarde vers le bas, alors que les journalistes l'interrogent.

Sylvain Roy, le 3 septembre, juste avant de commencer ses traitements de radiothérapie.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Radio-Canada

C'est le jour J pour le péquiste Sylvain Roy. Aux prises avec un cancer de la gorge, le député sortant de Bonaventure, qui tente de se faire réélire, quittera aujourd'hui Carleton-sur-Mer pour Québec, où il entamera des traitements de chimiothérapie et de radiothérapie. Son équipe poursuivra sa campagne sans lui.

Un texte de Jérôme Labbé

« J’ai décidé de rester parce que d’aller là-bas sans être capable de répliquer aux turpitudes et aux discours qui, quelques fois, n’ont ni queue ni tête, eh bien ça m’aurait peut-être rendu encore plus malade. »

Lundi soir, Sylvain Roy s’adresse à un groupe de militants dans un restaurant de Carleton, en bord de mer.

Souffrant d’un cancer de la gorge, il devra dès mardi s’absenter pour le restant de la campagne électorale, qui vient pourtant de commencer. Direction Québec pour ses premiers traitements. Sa convalescence durera six mois.

« Je m’excuse auprès de la population », laisse-t-il tomber, déconfit.

« Excuse-toi pas! », lui répond son chef, Jean-François Lisée, de passage dans Bonaventure. Les militants, chagrinés, applaudissent.

Ton combat, c’est le combat de toutes les familles du Québec.

Jean-François Lisée, chef du Parti québécois

M. Roy nous rejoint à l’extérieur pour nous donner plus de détails sur son état de santé.

« Je sais que j’ai d’excellentes chances, et puis ça, c’est la moitié de la vie. Parce qu’à une certaine époque, on ne savait pas, il y avait toutes sortes de scénarios. Et l’incertitude, c’est pathogène, donc on pense à toutes les possibilités. Mais là, ça va bien. Je suis en pleine forme! Je n’ai jamais senti quoi que ce soit. Et là, je suis prêt à aller au combat », assure-t-il.

Sylvain Roy s'adresse aux journalistes.

Sylvain Roy et Harold Lebel, sur la terrasse d'un restaurant de Carleton-sur-Mer, lundi soir.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Le député sortant de Rimouski, Harold Lebel, écoute attentivement la mêlée de presse. C’est lui qui, le premier, a appris le cancer de son collègue gaspésien – une confidence dont se souvient avec émotion le principal intéressé.

« Il a dit : "Je reste avec toi" », se rappelle Sylvain Roy. « Ça a commencé là, la solidarité. »

Car M. Roy est bien entouré, assure-t-il. Harold Lebel, la candidate dans Gaspé, Méganne Perry-Melançon, et le député sortant de Matane, Pascal Bérubé, lui ont promis de faire campagne à sa place dans la circonscription de Bonaventure pendant les 27 jours qui restent à sa campagne électorale.

« Avec la réforme de la carte électorale, on a perdu beaucoup de joueurs, ça fait que les députés de régions, on doit se tenir », explique Harold Lebel. « Il faut qu’on se tienne, il faut qu’on soit capable de porter notre parole, et lui, c’est un maudit bon porte-parole. C’est un maudit bon gars, et puis on veut qu’il reste là… »

Il va nous revenir en forme.

Harold Lebel, député sortant de Rimouski (PQ)

« C’est une campagne qui va être atypique », admet Sylvain Roy. « Je suis fier des Gaspésiens, je suis fier de mes collègues, je suis fier du parti, qui m’ont dit : "C’est toi qui décides. Si tu restes avec nous, on va aller au combat avec toi." Je trouve que c’est un merveilleux message de solidarité, qui devrait s’exprimer dans d’autres dimensions et dans d’autres partis politiques. »

Et ses adversaires politiques, dans tout ça? « Il y a eu des messages de soutien, mais… c’est sûr que ces gens-là auraient préféré que je me retire de la vie politique », lâche-t-il, sourire en coin.

Sylvain Roy

  • Fonction : député péquiste de Bonaventure depuis 2012;
  • Majorité aux élections de 2014 : 872 voix;
  • Profession : sociologue;
  • Âge : 54 ans.

Politique provinciale

Politique