•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Vérif : salaire minimum, Québec doit-il suivre l’exemple ontarien?

Gabriel Nadeau-Dubois, Manon Massé et les candidats de Québec solidaire dans la région de l'Outaouais prennent la parole devant la rivière des Outaouais.
Québec solidaire propose de faire grimper le salaire minimum à 15 $ de l'heure dès mai prochain. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Profitant de la fête du Travail, le Parti québécois et Québec solidaire ont promis de hausser le salaire minimum de 12 $ à 15 $ l'heure. Le PQ veut le faire progressivement dans un premier mandat, tandis que QS propose une seule hausse, de 25 %, dès mai prochain.

Un texte de Vincent Maisonneuve avec Nathalie Lemieux et Thomas Gerbet

En pointant la rive ontarienne de la rivière des Outaouais, Gabriel Nadeau-Dubois a dit que le salaire minimum allait grimper à 15 $ l’heure dans les prochains mois en Ontario. Il faut toutefois rappeler que Doug Ford a été élu en répétant que son gouvernement allait maintenir le salaire minimum à 14 $ l’heure.

Reste qu’en passant à 14 $ l’heure en janvier dernier, le salaire minimum ontarien a bondi de 23 %. Les économistes redoutent généralement ce genre de hausse, qui fait grimper le coût de la main-d’oeuvre.

Pour préserver leurs marges, des entreprises pourraient réduire leurs effectifs ou arrêter d’embaucher, ce qui risquerait de faire grimper le taux de chômage. Ça s’est déjà vu dans le passé.

En Ontario, depuis la hausse de 23 % du salaire minimum, le taux de chômage est demeuré stable. L’économie ontarienne a continué à créer des emplois. Ce qui a fait dire à M. Nadeau-Dubois qu’on est loin de l’apocalypse appréhendée. D’autres diront qu’avant de mesurer la portée d’une telle mesure, il faut suivre les tendances à plus long terme.

Une hausse des prix?

QS ajoute que la hausse du salaire minimum en Ontario n’a pas eu d'incidence sur le coût de la vie.

Globalement, c’est vrai. Par contre, depuis la hausse de janvier dernier, le prix d’un repas au restaurant a grimpé d’environ 7 % en Ontario. Selon Statistique Canada, les restaurateurs ont refilé la note aux clients.

La hausse marquée du salaire minimum en Ontario n’a donc pas provoqué de cataclysme économique. Comme le taux chômage est bas, qu’il y a une pénurie de main-d’oeuvre et que la croissance est au rendez-vous, certains économistes diront qu’il s’agit d’un moment propice pour hausser le salaire minimum.

N'empêche, une telle hausse amène toujours sa part de risque, même QS l'admet en prévoyant un fonds de 100 millions de dollars par année pendant cinq ans pour aider à la transition.

Correctif

Une précédente version de ce texte mentionnait que la hausse du salaire minimum en Ontario avait été de 17 %. Or, elle a été de 23 %. Nous avons fait la modification.

Politique