•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Vérif : Québec solidaire, seul parti à parler d'environnement?

Manon Massé pose devant les chutes Montmorency dans le cadre d'une publicité de Québec solidaire.

Manon Massé pose devant les chutes Montmorency dans le cadre d'une publicité de Québec solidaire.

Photo : Publicité de Québec solidaire

Radio-Canada

Québec solidaire se vante d'être « le seul parti » à parler d'environnement durant cette campagne électorale. Il est vrai que le Parti libéral et la Coalition avenir Québec n'ont fait aucune annonce sur le sujet, mais le Parti québécois en a parlé. Par ailleurs, la co-porte-parole Manon Massé s'est trompée en critiquant le livre de François Legault à propos du fleuve Saint-Laurent.

Un texte de Thomas Gerbet (Nouvelle fenêtre) avec Nathalie Lemieux (Nouvelle fenêtre) et Vincent Maisonneuve (Nouvelle fenêtre)

Québec solidaire (QS) est, de loin, le parti qui a le plus parlé d'environnement depuis le début de la campagne, parmi les formations politiques représentées à l'Assemblée nationale.

Le 28 août, QS a présenté son plan pour réduire l'utilisation des véhicules à essence. Le 30 août, le parti a promis de protéger plus d'aires marines. Et le 31 août, les solidaires ont proposé de pousser les entreprises manufacturières vers le biocarburant.

Dans cette période, le chef libéral, Philippe Couillard, et celui de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, n'ont centré aucune de leurs annonces sur le thème de l'environnement.

On ne peut toutefois par dire la même chose du Parti québécois (PQ). Jean-François Lisée a même été le premier chef à aborder ce sujet, le 27 août. Le PQ propose un système d'encouragement au covoiturage dans le but de retirer 150 000 véhicules des routes et ainsi réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Manon Massé attaque à tort le livre de François Legault

Deux cargos se croisent devant L'Isle-aux-CoudresAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Deux cargos se croisent devant l'île aux Coudres.

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada/Thomas Gerbet

La co-porte-parole de Québec solidaire s'en est aussi pris au chef de la CAQ en matière d'environnement : « Ce n'est certainement pas avec François Legault qu'on va s'assurer de protéger la biodiversité ». Manon Massé lui reprochant d'avoir complètement balayé l'environnement de son livre Le projet Saint-Laurent.

Sur 300 pages, dans son livre, il n'y a pas un endroit où on mentionne l'importance de conserver la biodiversité et de protéger nos milieux marins.

Manon Massé, le 30 août

Ce n'est pas vrai. Entre les pages 170 et 172, François Legault écrit un sous-chapitre intitulé Un écosystème exceptionnel. On peut notamment y lire : « Les écosystèmes naturels sont essentiels non seulement au renouvellement d'une eau de qualité, mais au maintien de la vie sous toutes ses formes. Or, le Saint-Laurent, faut-il le rappeler, offre des écosystèmes d'une grande richesse biologique avec les nombreuses espèces d'oiseaux, de poissons et de plantes qui l'habitent. 

Savoir qu'il faut protéger ces lieux est une chose, le faire en est une autre. La conscience collective a amené les gouvernements à créer plus de 500 sites d'aires protégées le long du littoral et parmi les 600 îles que compte le fleuve. On sait cependant que les activités agricoles et industrielles, entre autres, ont eu des effets néfastes sur le fragile équilibre des écosystèmes.

Le Saint-Laurent est loin d'être en parfaite santé. Nous laissons se salir le joyau de notre patrimoine naturel. Il est donc primordial d'accentuer nos efforts pour assurer la préservation du Saint-Laurent et pour compléter sa dépollution. Il s'agit là d'un préalable à tout projet visant à l'exploitation de son potentiel. »

Politique