•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des travailleurs mexicains se disent victimes de mauvais traitements dans des fermes canadiennes

Sugar Sammy entame une tournée pancanadienne en s'arrêtant à Winnipeg.

Radio-Canada

Abus, racisme et harcèlement font partie du quotidien de certains travailleurs agricoles saisonniers qui viennent chaque année participer à la récolte dans des serres ontariennes. Trois d'entre eux, des Mexicains, ont accepté de nous accorder une entrevue exclusive sous le couvert de l'anonymat.

Un texte d’Isabelle Corriveau, avec la collaboration de Colin Côté-Paulette

Chaque année, des milliers de travailleurs agricoles étrangers viennent passer huit mois au Canada dans le cadre du programme des travailleurs saisonniers. Depuis 2017, le gouvernement fédéral affirme intensifier ses inspections dans les fermes où sont embauchés ces travailleurs afin de s’assurer de leur bon traitement.

Malgré tout, la situation est encore loin d’être idéale, selon trois travailleurs agricoles mexicains employés en Ontario qui ont accepté de nous parler.

Un homme habillé pour travailler est debout dans une allée avec des bac pour y ranger les légumes derrière lui. Il a les bras dans les feuilles pour cueillir un concombre. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un travailleur saisonnier en train de cueillir des concombres dans une serre, dans le Sud-Ouest de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada / Archives

À la recherche d’une vie meilleure

Assis en cercle, Francisco, Rodrigo et Juan* nous racontent leur histoire, après une longue journée de travail dans des serres de la région de Leamington, en Ontario.

Les trois hommes sont des pères de famille et ont décidé de venir travailler dans les serres et les fermes canadiennes dans l’espoir d’obtenir un meilleur salaire et d’offrir une qualité de vie supérieure à leurs enfants restés au Mexique. L’argent qu’ils accumulent au Canada est envoyé à la maison pour que leurs familles puissent vivre mieux.

Francisco, dans la quarantaine, en est à sa 13e saison. Les dollars canadiens qu’il amasse depuis des années servent à offrir une éducation à ses trois enfants, afin qu’ils puissent avoir une vie plus facile que la sienne.

Il y a une grande différence dans la valeur monétaire entre le Canada et le Mexique.

Francisco

Ce sont des ouvriers agricoles avec plusieurs saisons derrière eux. Malgré le dur travail physique et les longues journées, ils affirment avoir eu de bonnes expériences de travail et de bonnes relations avec leurs employeurs, sauf cette année.

Gros plan sur une table avec des travailleurs assis autour d'une table. On ne voit pas leur visage afin de protéger leur identité. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Trois travailleurs étrangers ont raconté à Radio-Canada les mauvais traitements subis sur des fermes de Leamington.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Corriveau

Expositions à des pesticides

Nos trois sources rapportent que dans les fermes où ils ont travaillé, des pesticides sont appliqués dans les serres deux ou trois fois par semaine alors qu’ils sont au travail et qu’ils sont obligés de manipuler les légumes couverts de produits chimiques sans avoir droit à l’équipement protecteur dont bénéficient ceux qui appliquent les pesticides. Je sens que j’ai des maux de tête, parfois, que je n’avais pas avant. Je ne sais pas s’ils proviennent de ça ou d’autre chose. Mais j’imagine qu’absorber autant de pesticides pendant le travail dans la serre qui est un lieu fermé n’aide pas, affirme Francisco.

Juan et Rodrigo attribuent des maux de tête, mais aussi des brûlures dans la gorge et des irritations cutanées, aux pesticides qu’ils respirent durant leurs journées de travail. Selon Rodrigo, même s’ils se plaignent à leurs superviseurs, ceux-ci exigent qu’ils continuent à travailler.

Gros plan de plantes qui dépassent dans un champ, avec des serres illuminées pendant la nuit derrière. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une serre de la région de Leamington et de Kingsville, durant la nuit.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Pression psychologique

Ce refus de les écouter s’ajoute à un système de productivité où les noms des employés sont affichés chaque jour sur un écran qui classe le niveau de productivité des travailleurs, ajoutent les trois hommes. C’est un système qui est basé sur la pression de toujours produire davantage, peu importe le rendement des travailleurs saisonniers.

Si tu leur donnes 80 %, ils veulent que tu en donnes 90 %. Et ensuite plus de 100 %.

Rodriguo

Selon nos sources, chaque jour, les personnes qui se retrouvent au bas de la liste sont suspendues sans paie pour quelques heures ou quelques jours parfois.

Au début juillet, Rodrigo a dû être hospitalisé durant quelques jours à cause d'un calcul rénal. L’homme a dû signer seul, sans les comprendre, les formulaires liés à son hospitalisation et à l’intervention chirurgicale qu’il a subie.

À sa sortie, bien qu’une intervention comme celle qu’il a reçue nécessite quelques jours de repos, Rodrigo affirme que son superviseur a exigé qu’il revienne travailler immédiatement. Le Mexicain explique que lorsqu’il a refusé et a expliqué qu’il devait se reposer durant une semaine, les gestionnaires de la ferme où il travaille lui ont acheté un billet pour le Mexique, quatre mois avant la fin de son contrat.

Des serres dans un champ. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des serres à tomates à Leamington en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Un manque de ressources

Leamington accueille un si grand nombre de travailleurs mexicains que leur gouvernement a décidé d’y ouvrir un consulat. Selon le consulat, en 2018, près de 3800 travailleurs mexicains sont venus travailler dans la région d’Essex-Kent-Lambton, un nombre qui augmente d’année en année.

Lorsqu’on a demandé à nos sources pourquoi ils n’avaient pas fait appel au consulat mexicain, les travailleurs ont expliqué que celui-ci n’aidait pas beaucoup les travailleurs.

Je leur ai parlé une fois, et ils ne m’ont pas appuyé. Ils m’ont dit [que la gestion] avait le droit de me renvoyer au Mexique parce que je ne respectais pas mon contrat [en ne travaillant pas après mon opération].

Rodrigo

De son côté, le consul du Mexique à Leamington, Alberto Bernal Acero, explique que le consulat est conscient du fait que certains employeurs exploitent les travailleurs mexicains. Il assure qu'il y a une intervention quand il entend parler de mauvais traitements.

Un homme marche à côté d'un grand mur transparent qui semble être en plastique. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un homme marche à côté d'une serre à Leamington.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Parfois, [nous avons recours à] la négociation pour résoudre le problème [...]. Dans d'autres cas, l'employeur, le superviseur ou les deux ne sont pas raisonnables et ils ne sont pas disposés à changer leurs habitudes. Dans ces cas, nous prenons des mesures plus sérieuses, comme de sortir les travailleurs des fermes et les aider à remplir un rapport auprès du ministère du Travail du Canada. Dans le pire des cas, la ferme pourrait être exclue du programme et ne pourrait plus accueillir de travailleurs migrants, explique M. Acero.

Cette année, les cas dont nous avons entendu parler ont pu être résolus. Les fermiers comprennent l’importance de bien traiter leurs employés. Cela ne veut pas dire que ce genre d’histoires n’existe pas sans qu’on le sache.

Alberto Bernal Acero, consul du Mexique à Leamington

Selon M. Acero, plusieurs employeurs traitent les ouvriers mexicains qu’ils accueillent comme des membres de leur famille.

On voit dans une vitrine un tableau blanc avec des prix relié au Mexique, au Guatémala, au Honduras et à la Jamaïque. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une affiche au centre-ville de Leamington indique les prix pour envoyer des chèques dans les pays des travailleurs étrangers.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Un programme nécessaire, mais imparfait

Lorsque nos sources nous ont parlé, elles ont expliqué que les travailleurs qui subissent de mauvais traitements ont peur des représailles s’ils se plaignent, et c’est d’ailleurs pour ça qu’elles souhaitaient s’exprimer sous le couvert de l’anonymat.

Selon Chris Ramsaroop, organisateur de Justicia for Migrant Workers, le programme de travailleurs agricoles étrangers est nécessaire, mais doit être repensé afin de combler certaines lacunes qui rendent les travailleurs vulnérables.

Le programme fonctionne dans une zone grise et parce que les travailleurs qui viennent sont liés à l’employeur qui les fait venir, ils ont peur d’exercer leurs droits et de ne plus pouvoir travailler au Canada s’ils le font.

Chris Ramsaroop, organisateur de Justicia for Migrant Workers
Gros plan sur des tomates pas encore mûres dans une serre. Elles sont attachées à une tige. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plus de 125 types de fruits et légumes sont cultivés en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Pour Johanna Dennie, qui travaille avec Legal Assistance Windsor et qui aide fréquemment des ouvriers du programme de travailleurs étrangers temporaires, plusieurs lacunes existent au sein du programme. Je ne sais pas si je peux n’en choisir qu’une, mais le fait que le permis de travail soit fermé et le manque d’accès à la résidence permanente [pour les travailleurs qui reviennent année après année] sont les deux problèmes qui me viennent en tête.

Mme Dennie explique que puisque la présence des travailleurs est étroitement liée à la volonté de l’employeur de les recevoir, ils sont par le fait même plus vulnérables s’ils subissent des abus de leur employeur. Selon elle, par peur de perdre leur emploi et d’être renvoyés au Mexique, plusieurs n’osent pas dénoncer les mauvais traitements qu’ils subissent.

On voit de loin dans une allée de serre une femme entrain de cueillir des légumes. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une travailleuse saisonnière dans une serre en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Archives

En réponse à nos questions, Emploi et Développement social Canada, le ministère responsable du programme de travailleurs temporaires étrangers, nous a indiqué que « le gouvernement du Canada prend très au sérieux sa responsabilité de protéger la santé et la sécurité des travailleurs étrangers » et que ceux-ci « jouissent des mêmes droits et des mêmes mesures de protection que les travailleurs canadiens ».

Le gouvernement du Canada a également indiqué que de fortes sanctions sont imposées aux employeurs jugés fautifs et que, dans les cas où la santé et la sécurité des travailleurs étrangers temporaires sont en jeu, « EDSC se met rapidement à travailler avec les autorités compétentes pour les sortir du milieu de travail et fait tout en son pouvoir pour les aider à trouver un emploi auprès d’un autre employeur qui respecte les règles du Programme ».

Un homme se tient debout devant les bureaux du syndicat Travailleurs unis de l'alimentation et du commerce de Leamington. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Santiago Escobar, du syndicat TUAC, croit que les travailleurs étrangers devraient pouvoir se syndiquer en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Corriveau

Le droit à la syndicalisation

M. Ramsaroop estime que si les travailleurs pouvaient former un syndicat, ils seraient mieux protégés, auraient de meilleures conditions de travail et pourraient également parler plus librement.

Même son de cloche pour Santiago Escobar, un travailleur communautaire du Syndicat des travailleurs unis de l'alimentation et du commerce (TUAC). Installé à Leamington, il travaille de près avec les travailleurs agricoles mexicains de la région.

Il y a beaucoup d’exploitation à plusieurs niveaux, parce qu’il y a peu de manières de faire respecter les lois.

Santiago Escobar, travailleur communautaire pour le TUAC

Selon Gilles LeVasseur, professeur de gestion et de droit à l’Université d’Ottawa, les travailleurs agricoles ont le droit de former une association pour se représenter, ont le droit d’être représentés par un individu qui va parler en leur intérêt [...], mais ce n’est pas une démarche rattachée à une syndicalisation traditionnelle.

Il explique qu’un syndicat ne peut être formé, parce que les travailleurs agricoles sont en Ontario de manière temporaire et qu’ils perdraient donc automatiquement leur accréditation chaque fois que leur permis vient à échéance.

Vue en contre-plongé, à partir du bas d'une serre. On peut voir le soleil derrière les nuages dans le ciel. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une serre à Leamington en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

L’économie derrière les lois du travail

Les modalités de la Loi ontarienne de 2009 sur la protection des étrangers dans le cadre de l’emploi ainsi que les Normes d’emploi de l’Ontario devraient, en théorie, suffire à protéger les travailleurs.

M. LeVasseur explique que les lois ontariennes relèvent de questions de rendement économique, de productivité et de coûts de production. Si les travailleurs agricoles étaient syndiqués, les coûts que cela entraînerait ne justifieraient plus les avantages économiques du programme de travailleurs agricoles saisonniers.

Ce sont des gens qui sont là de manière temporaire. Des conditions qui les protègent en ce qui a trait à la sécurité et certaines conditions de travail ont été prévues, mais on ne veut pas qu’elles deviennent un outil qui fait tellement augmenter les salaires que [le programme] n’a plus de valeur économique .

Gilles LeVasseur, professeur de gestion et de droit à l’Université d’Ottawa

Selon le professeur , avoir moins de travailleurs ou augmenter la masse salariale ferait en sorte que les coûts de production ne sont plus compétitifs, surtout quand on a des contrats avec des entreprises américaines qui peuvent fournir des fruits et des légumes sur une base continue.

On voit les plantes d'un champs en premier plan avec des serres derrière. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un champ avec des serres, un paysage typique dans la capitale canadienne de la tomate, Leamington.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Corriveau

Derrière chaque fruit et légume ontariens

Chris Ramsaroop estime que les Canadiens ne sont pas assez conscients que les fruits et légumes ontariens qu’ils consomment sont souvent récoltés par des travailleurs qui viennent de milliers de kilomètres.

Je pense qu’il y a une histoire derrière chaque fruit et légume [...] de l’Ontario… ce sont les histoires de travailleurs étrangers qui, comme vous, ont des familles et qui sacrifient énormément pour venir au Canada.

Chris Ramsaroop, organisateur de Justicia for Migrant Workers

Derrière leur réalité de travailleurs agricoles saisonniers, les trois hommes à qui nous avons parlé sont avant tout des pères qui souffrent de manquer les événements importants de la vie de leurs enfants. Ils m’appellent et me disent : “Papa, je veux que tu sois à ma remise de diplôme, à ma fête”. Mais je dois travailler pour qu’ils ne manquent de rien dans la vie.

*Les prénoms des trois travailleurs sont des noms d'emprunt afin de protéger leur identité.

Selon l'Association des producteurs de fruits et de légumes de l'Ontario (OFVGA), la production de fruits et de légumes dans la province génère des revenus de plus de 4,2 milliards de dollars. Elle permet aussi d’embaucher plus de 30 000 personnes annuellement dans les fermes de la province.

Windsor

Agro-industrie