•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une mission franco-égyptienne découvre l’un des plus anciens villages du Nil

Un homme montre du doigt des peintures anciennes égyptiennes sur un pan de mur.

Au début 2018, les archéologues ont découvert la tombe d'Hetpet, une femme d'un rang social élevé, qui aurait vécu à l'époque de la cinquième dynastie.

Photo : Reuters / Amr Dalsh

Radio-Canada

Une mission archéologique franco-égyptienne a mis au jour en Égypte l'un des plus anciens villages connus du monde, qui remonte à l'ère néolithique. Ces fouilles révèlent la présence des hommes avant la construction de la plus ancienne pyramide.

Les archéologues ont découvert plusieurs silos de stockage contenant de grandes quantités de restes végétaux et animaliers, ainsi que des poteries et des instruments en pierre, a déclaré dimanche le ministère égyptien des Antiquités.

Ces découvertes permettront aux scientifiques d'étudier les stratégies de survie de ces populations.

Elles laissent penser que des hommes habitaient Tell el-Samara, dans la province d'Al-Dakhleya, dans le nord du pays, dès le cinquième millénaire avant Jésus Christ, soit longtemps avant la construction de la plus ancienne pyramide, a précisé le ministère.

Les découvertes de la période néolithique sont sensiblement inexistantes dans cette zone, alors celle-ci est d'une grande importance.

Frédéric Geyau, le chef de la mission
Des trous dans la terre, là où les découvertes archéologiques ont été faites.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ces fouilles laissent penser que des hommes habitaient Tell al Samara, dans la province septentrionale d'El Dakahlia, dès le cinquième millénaire av. J.-C., soit longtemps avant la construction de la plus ancienne pyramide

Photo : page Facebook du ministère des Antiquités égyptien

Cette découverte est une excellente occasion de développer de nouvelles connaissances sur les sociétés préhistoriques vivant en Basse-Égypte, 1000 ans avant la première dynastie (de 3150 à 2850 avant Jésus-Christ).

2018, une belle année de découvertes

L’année 2018 est considérée comme celle des découvertes archéologiques. Le ministre égyptien des Antiquités, Khaled Anany, a annoncé le 24 février la découverte de huit tombes contenant une quarantaine de cercueils de prêtres pharaoniques et plus de 1000 statues Ushabti dans la région de Tounah el-Gebel située à près de 400 kilomètres de Le Caire.

Le village de Tounah el-Gebel est célèbre pour ses nombreuses tombes archéologiques, qui ont grandement contribué à la renaissance de la vie archéologique et touristique. C'est un village archéologique situé dans le gouvernorat d'Al-Minya.

Aujourd'hui, nous annonçons le début d'une nouvelle découverte, les tombes sont pleines de bijoux, de poteries et de pots pharaoniques.

Khaled Anany, ministère des Antiquités, en février 2018

Cette découverte archéologique, décrite par le ministre Anany, est l'une des plus importantes de ces derniers temps. Elle documente certains problèmes liés à la vie d'anciens Égyptiens dans la province d'Al-Minya.

Des hiéroglypes sculptés à même un mur.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La traduction des hiéroglyphes nécessite normalement beaucoup de temps et de ressources.

Photo : iStock / swisshippo

Les trouvailles les plus importantes dans ces tombeaux étaient un masque en or, des cercueils, des momies et des statues. Le ministère égyptien des Antiquités a ajouté que la zone nécessitera des années de travail acharné, se félicitant que cette découverte ait été faite par des Égyptiens.

Cette découverte est considérée comme la deuxième en importance après qu'une autre tombe eut été découverte dans un cimetière situé dans la zone des pyramides de Gizeh. Il s'agissait de la tombe d'une ancienne femme égyptienne nommée Hetpet, comme annoncé le 3 février par M. Anany.

Hetpet était une femme avec une position sociale élevée dans les temps anciens.

Avec les informations de Reuters, et Egypt Today

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Archéologie

International