•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'épouse d'un Québécois coincé à Cuba pourrait poursuivre Ottawa

Une plage de Cuba.
Une plage de Cuba Photo: iStock
La Presse canadienne

La femme d'un Québécois coincé à Cuba depuis 14 mois, après avoir été impliqué dans un accident de bateau entraînant la mort d'une touriste, envisage d'intenter une action en justice contre le gouvernement canadien qui ne fait pas assez pour le ramener chez lui, selon elle.

Kahina Bensaadi dit que les autorités cubaines ont refusé de permettre à son mari de rentrer chez lui à Mascouche, dans Lanaudière, même si une condamnation et une peine de quatre ans résultant de l'accident ont été annulées et qu'il n'est plus en détention.

Elle souhaiterait qu'Ottawa fasse pression sur les autorités cubaines pour permettre à son mari de revenir au Canada pendant que la cause est réexaminée, mais elle dit que les autorités fédérales n'ont pas beaucoup aidé jusqu'à présent.

Son avocat, Julius Grey, explique que la famille décidera au cours de la semaine prochaine si elle réclame une action déclaratoire contre Ottawa pour inciter les autorités à agir.

Un accident tragique

Le mari de Kahina Bensaadi, Toufik Benhamiche, conduisait un petit bateau dans le cadre d'une excursion touristique en juillet 2017 à Cayo Coco, quand il en a perdu la maîtrise et a mortellement frappé une femme de l'Ontario.

Mme Bensaadi souligne qu'au début de l'été, la plus haute cour de Cuba a constaté des lacunes dans le traitement de l'affaire par un tribunal inférieur et a annulé toutes ses décisions, y compris la condamnation de M. Benhamiche pour négligence criminelle ayant causé la mort.

Un porte-parole du gouvernement canadien a simplement répété que des autorités consulaires fournissent des services à M. Benhamiche, et qu'elles sont en contact avec des autorités locales pour recueillir plus d'information sur l'état de son dossier.

« Au cours de ces 14 mois, nous n'avons cessé de solliciter le gouvernement et ses représentants aux affaires mondiales et aux affaires consulaires afin de nous porter assistance. Cependant, ces derniers n'ont jamais daigné bouger le petit doigt, même pas pour nous aider dans le choix d'un avocat compétent pour nous représenter », a soutenu Kahina Bensaadi dans un courriel à La Presse canadienne.

« Je trouve ça déplorable de devoir penser à intenter une procédure judiciaire contre [notre] propre gouvernement pour l'obliger à nous porter assistance, alors que cela devrait être normalement son mandat premier », a-t-elle ajouté.

Justice et faits divers