•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Se familiariser avec la traditionnelle pêche à l'anguille

La conférencière s'adresse à une foule attentive.

Conférence sur la pêche à l'anguille sur la Côte-du-Sud.

Photo : Gracieuseté Musée québécois de l'agriculture et de l'alimentation

Radio-Canada

Près d'une quarantaine de personnes ont participé à un après-midi découverte sur la pêche à l'anguille à la Chapelle du quai à Rivière-Ouelle samedi.

L’activité était organisée par le Musée québécois de l'agriculture et de l'alimentation, en collaboration avec Musée de la mémoire vivante.

Les participants ont visité les installations de pêche de Simon Beaulieu, des Trésors du fleuve, à Rivière-Ouelle.

Au retour à la chapelle, ils ont pu assister à la première d’une série de trois conférences sur la pêche à l’anguille organisées par le musée et visionner le film L'épisode de la mer.

Cette activité est en lien avec l’exposition sur la pêche à l’anguille présentée au musée jusqu’au 10 octobre.

La pêche à l’anguille a commencé avant l’arrivée des premiers Européens, rappelle le directeur général du Musée québécois de l'agriculture et de l'alimentation, Luc St-Amand. Les nations autochtones venaient dans la région pour pêcher l’anguille. Lorsque les premiers Européens sont arrivés, les Français qui se sont installés ici [...], ils ont mixé leur tradition [de pêche à l’anguille en Europe] avec ce que les autochtones faisaient ici.

Un pìège pour pêcher les anguilles en bordure du fleuve. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dispositif pour la pêche à l'anguille.

Photo : Gracieuseté Musée québécois de l'agriculture et de l'alimentation

Ça se pêchait partout dans l’estuaire du Saint-Laurent jusqu’au lac Saint-Pierre en fait, poursuit Luc St-Amand. Il y avait des installations un peu partout sur le long du fleuve et pour différentes raisons, petit à petit, elles ont presque toutes disparu.

Une dizaine de pêcheurs poursuivent la tradition dans le Kamouraska, souligne Luc St-Amand.

Avec le temps, la pêche s’est transformée… Les principes de base sont restés les mêmes, mais au lieu de faire des chemins en branchages entrelacés, ce sont désormais des filets qui bloquent le chemin aux anguilles, illustre Luc St-Amand.

Les participants à l’activité de samedi ont aussi pu déguster des morceaux d’anguille.

Des gens se rassemblent pour goûter des morceaux d'anguille servis sur des craquelins.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les participants pouvaient goûter des morceaux d'anguille.

Photo : Gracieuseté Musée québécois de l'agriculture et de l'alimentation

Deux autres activités d'interprétation et de découverte en lien avec la pêche à l'anguille sont prévues en octobre.

Avec les informations de Geneviève Génier Carrier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Alimentation