•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une marche de 550 km pour faire entendre la voix des mal-logés

« Assurons l'avenir du logement social! », peut-on lire sur la banderole tenue par des manifestants souriants.
Une manifestation du FRAPRU dans les rues de Montréal le 21 mai 2015 Photo: La Presse canadienne / Paul Chiasson
Radio-Canada

Profitant de la campagne électorale en cours, le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) entame dimanche une marche de 28 jours qui lui fera parcourir 550 km entre Ottawa et Québec. L'organisme veut ainsi mettre en lumière les problèmes des personnes mal logées et exiger plus d'action des gouvernements.

C’est l’action la plus ambitieuse des 40 ans d’histoire du FRAPRU. On parle de centaines de [marcheurs] qui vont participer […], dont un noyau de 27 personnes de différentes régions qui vont prendre part aux 28 jours de marche.

Véronique Laflamme, organisatrice communautaire et porte-parole du FRAPRU

L'objectif du FRAPRU est de sensibiliser la population au logement social et, surtout, de pousser les principaux partis à « prendre des engagements chiffrés et ambitieux » dans ce dossier.

« Les fonds ne débloquent pas. L’année passée au Québec, grâce aux fonds fédéraux et québécois, tout ce qu’il y a eu, c’est 700 nouveaux logements communautaires, sans but lucratif ou publics pour répondre aux […] 244 000 ménages qui ont des besoins impérieux de logement, selon Statistique Canada », s’inquiète la militante.

Cette marche à relais traversera les régions de l'Outaouais, des Laurentides, de Laval, de Montréal, de la Montérégie, de Lanaudière, de la Mauricie et de la Capitale-Nationale.

Mme Laflamme a expliqué que, dans l'éventualité d'une rencontre des marcheurs avec des candidats désireux de se faire élire le 1er octobre, ils ne se gêneraient pas pour leur poser des questions afin de connaître leur intention en ce qui a trait à la création de logements sociaux.

Véronique Laflamme, porte-parole du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) lors d'une entrevue.Véronique Laflamme, porte-parole du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) Photo : Radio-Canada

« On pense qu’il faut porter un grand coup pour faire entendre la voix des personnes mal logées au Québec et pour faire parler des problèmes de logement, qui sont malheureusement, depuis des années, balayés sous la pile des priorités des différents gouvernements », a-t-elle dit en entrevue à RDI matin.

Si tout se déroule comme prévu, la grande marche se terminera le 29 septembre à Québec par la tenue d'une large manifestation. Le FRAPRU invite les citoyens à rejoindre le cortège ou à encourager les marcheurs lors de son passage dans leur communauté.

Avec les informations de La Presse canadienne

Pauvreté

Société