•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plein la vue avec le 6e festival PHOS à Matane

Au centre-ville, les images s'intègrent au paysage.

Au centre-ville, les images s'intègrent au paysage.

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le sixième Festival de l'image PHOS s'est ouvert jeudi à Matane. Installations visuelles et sonores, performances numériques, montages photographiques, expositions, vidéo, ateliers, théâtre de marionnettes, danse... l'événement promet encore une fois d'assouvir la soif des passionnés d'image.

Un texte de Brigitte Dubé

Le nouveau commissaire, John Blouin, se dit époustouflé par l’envergure du festival.

« Un festival de ce niveau-là en région, je pense qu’il n’y en pas. Quand les artistes arrivent à Matane, ils sont étonnés de l’ampleur du festival. »

— Une citation de  John Blouin, commissaire du festival PHOS
PHOS aussi présent sur la promenade des CapitainesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

PHOS aussi présent sur la promenade des Capitaines

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

PHOS est aussi présent sur la rue pour monsieur et madame tout le monde

Pour John Blouin, il est clair que la tenue de cet événement est l’aboutissement d’une longue tradition qui relie Matane avec la culture de l’image, avec le programme de photographie du Cégep de Matane, le centre d’artistes Espace F, le Centre de développement et de recherche en imagerie numérique (CDRIN) et Groupe PVP.

Des artistes de Montréal et d’autres pays participent à PHOS, mais la contribution locale et régionale est importante. L’artiste Maryse Goudreau d’Escuminac et la compagnie de danse Mars elle danse de Trois-Pistoles figurent parmi les participants.

L'exposition En eaux troubles d'Isabelle Hayeur Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'exposition En eaux troubles d'Isabelle Hayeur

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

Beaucoup d'artistes de la Matanie y participent comme les Faiseux de berlue, qui font des performances numériques, l’artiste visuel Boris Firquet ou la photographe Geneviève Thibault. Les photos d'un étudiant du Cégep de Matane, Samuel Bolduc, habillent les vitrines du complexe culturel Joseph-Rouleau.

Les photos de Samuel Bolduc sur les vitrines du complexe culturel Joseph-Rouleau: où  les images se confondent avec l'architecture matanaise.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les photos de Samuel Bolduc sur les vitrines du complexe culturel Joseph-Rouleau: où les images se confondent avec l'architecture matanaise.

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

Le public peut voir diverses installations photo et vidéo au complexe culturel Joseph Rouleau et au quartier général de PHOS situé dans l’ancienne usine Canadelle.

Une personne danse au centre de regroupement de personnes. La foule observe le danseur. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Effets spéciaux pour les enfants à l’événement Phostronica

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschenes

Samedi soir, les enfants sont invités à venir danser parmi de nombreux effets spéciaux à l’événement Phostronica. Il sera suivi d’une version pour adultes.

PHOS se poursuit jusqu’au 16 septembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !