•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Festival de montgolfières de Gatineau veut améliorer le tri de ses déchets

Un panneau informatif sur les choses à jeter ou recycler devant plusieurs tables à pique-nique où mangent des festivaliers.
Plusieurs affiches informatives ont été disposées au Festival de montgolfières de Gatineau afin d'informer les gens sur ce qu'ils peuvent recycler ou composter. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Multiplication des bacs de compost, équipes de bénévoles pour trier les ordures, panneaux informatifs pour sensibiliser les festivaliers... Le Festival de montgolfières de Gatineau (FMG) met les bouchées doubles pour recycler et composter plus de matières résiduelles sur son site.

En 2017, le FMG avait recyclé ou composté neuf tonnes de matières résiduelles, soit 32 % des détritus générés pendant l’événement.

« En 2018, c’est d’augmenter [la quantité de matières recyclées et compostées] à 40 ou 45 %. C’est sûr qu’on recherche un idéal qui est beaucoup plus élevé que ça », indique le directeur de production du FMG, Martin Ouellet.

Le directeur de production du Festival de montgolfières de Gatineau, Martin Ouellette, en entrevue dehors à la caméra de Radio-Canada.Le directeur de production du Festival de montgolfières de Gatineau, Martin Ouellette. Photo : Radio-Canada

On retrouve partout sur le site du festival 200 bacs à composter, 250 bacs de recyclage et seulement 100 poubelles conventionnelles. Tous ces réceptacles sont d’ailleurs fournis gratuitement par la Ville de Gatineau.

Une équipe de 75 bénévoles — soit 10 de plus que l’année dernière — arpente également le FMG. Ces derniers n’hésitent pas à se salir les mains pour extirper des ordures les divers détritus recyclables ou compostables que les festivaliers y auraient négligemment jetés.

Pour certains, s’enfouir les bras dans les poubelles jusqu’au coude est une occasion en or.

« On trie les canettes, les bouteilles de vin ainsi que les bouteilles de liqueur pour amasser des fonds pour créer un compte pour les familles défavorisées », relate la présidente de la Fédération de soccer des Vallées, Chantal Leblanc, qui supervise une petite brigade de bénévoles.

Une femme avec une casquette s'appuie sur un bac de recyclage lors d'une entrevue à al caméra de Radio-Canada. Chantal Leblanc et ses bénévoles passent les poubelles du Festival de montgolfières au peigne fin pour trouver des canettes consignées. Photo : Radio-Canada

Réduction à la source

Martin Ouellet précise que le FMG interdit désormais aux concessions de nourriture d’utiliser certains produits non recyclables, tels que le polystyrène et quelques types de plastiques.

D’autres événements qui ont également interdit la distribution de contenants et d’emballages à usage unique ont pu grandement améliorer leur performance en matière de recyclage et de compostage.

C’est le cas du Festibière de Gatineau, où les restaurateurs vendent leurs produits dans de la vaisselle réutilisable. Le festival brassicole, tout comme de nombreux commerces dans la dernière année, a décidé de délaisser les pailles des plastiques à usage unique. Ces mesures ont permis de recycler ou de composter 78 % des matières résiduelles produites en 2017, par rapport à 32 % en 2014.

Avec les informations de Martin Robert

Ottawa-Gatineau

Matières résiduelles