•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les progressistes-conservateurs permettront la chasse au dindon sauvage

Deux dindons sauvages.

L'aire de répartition des dindons sauvages s'étend vers le nord.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les chasseurs pourraient-ils profiter d'un nouveau type de gibier? S'il n'en tenait qu'aux progressistes-conservateurs, ce serait le cas. S'ils sont élus, ils promettent d'encadrer la chasse au dindon sauvage.

C’est à la fois un enjeu et une occasion, souligne Mike Holland, le candidat dans la circonscription d’Albert.

D'une part, la chasse à ces gros oiseaux permettrait de diversifier l'offre d'activité de plein air dans la province.

Mike Holland répond aux questions des journalistes.

Mike Holland est candidat progressiste-conservateur dans la circonscription d’Albert.

Photo : Radio-Canada

D'autre part, en raison de leur taille, les dindons sauvages peuvent devenir une nuisance dans les champs, soulignent les conservateurs. Lorsque c'est le cas, il faut une autorisation spéciale pour les chasser de son terrain.

Le candidat souligne qu’obtenir ces autorisations prend trop de temps. Il propose donc d’alléger les mesures pour pouvoir s’en débarrasser.

Tu ne peux pas demander au dindon de rester là pour un moment, le temps d’aller chercher la bonne autorisation.

Mike Holland, candidat progressiste-conservateur dans la circonscription d’Albert

Mike Holland souligne d’ailleurs que les chasser peut générer des revenus.

Faciliter la vie des chasseurs

Cette promesse fait partie d’une série d’engagements en matière d’activités de plein air.

S’ils sont élus, les progressistes-conservateurs comptent faciliter la vie des pêcheurs et des chasseurs en leur donnant l'occasion de pratiquer leur activité pour moins cher.

Blaine Higgs est en train de serrer la main d'un homme.

Blaine Higgs a salué les militants.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Pelletier

Ils veulent aussi explorer la possibilité d’offrir un rabais sur les permis de chasse et de pêche pour les aînés, et de regrouper les permis afin de réaliser des économies de groupe.

Blaine Higgs a aussi proposé de modifier le processus de tirage au sort pour la chasse à l’orignal afin de la rendre « plus équitable » et « d’assurer la durabilité des ressources en cours de processus ».

En réponse à un journaliste, le chef conservateur a souligné que ces mesures ne sont pas coûteuses pour l’État.

Un résident du comté d'Albert et amateur de pêche, Mark Nelson, croit que la mesure sera populaire dans la région, mais que ses priorités d'électeur sont autres.

Disons que je trouve qu'il y a des enjeux plus importants! Je viens de faire le plein dans mon camion, par exemple, et le prix de l'essence est un souci pour mon entreprise et moi-même.

Mark Nelson

Un discours axé sur l’économie

Bien qu’il soit venu annoncer ses promesses en matière de chasse et de pêche, Blaine Higgs a prononcé un discours qui portait principalement sur les questions de taxe.

Il a d’ailleurs répété son opposition à la taxe sur le carbone que veulent instaurer les libéraux fédéraux.

Quelques dizaines de militants écoutent l'allocution de Blaine Higgs. Trois d'entre eux brandissent une affiche qui invite à bloquer la taxe sur le carbone.

Des militants brandissaient des affiches contre la taxe sur le carbone.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Pelletier

Interrogé sur le fait que les progressistes-conservateurs ne font pas beaucoup de promesses électorales, Blaine Higgs a répété qu’il offre une vision « pour sauver le Nouveau-Brunswick ».

Il souligne que les libéraux n’aident personne en faisant des promesses en série. « Ça va peut-être te faire élire. Mais si c’est le cas, tu n’aideras pas la province. »

Qu’est-ce que la philosophie derrière ça, sinon que d’acheter des votes pour être élus?

Blaine Higgs, chef du Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick

Avec les informations de Nicolas Pelletier

Nouveau-Brunswick

Chasse et pêche