•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boussole électorale : plus d'immigrants, peut-être, mais à certaines conditions

Le reportage d'Elisa Serret
Radio-Canada

La proportion d'utilisateurs de la Boussole électorale qui seraient prêts à accueillir plus d'immigrants a augmenté comparativement aux dernières élections provinciales, en 2014. Une majorité de répondants sont en faveur d'un test des valeurs québécoises pour les nouveaux arrivants, et plus de la moitié des participants considèrent que la connaissance du français devrait être une condition pour immigrer au Québec.

Un texte d’Elisa Serret

À la question : « Combien d’immigrants le Québec devrait-il admettre? », les répondants semblent divisés. Pour 28 % d’entre eux, il faudrait en admettre moins. Le pourcentage de répondants qui optent pour le statu quo, donc ni plus ni moins, est de 37 %. Et 31 % des utilisateurs voudraient en accueillir davantage.

Fait à noter, les résultats sont presque les mêmes indépendamment du groupe d’âge ou du sexe des utilisateurs.

Autre élément qui ressort, si l’on compare avec les deux dernières élections provinciales, les utilisateurs sont plus nombreux cette fois-ci à vouloir admettre davantage d’immigrants. En 2012, par exemple, 22 % des utilisateurs voulaient accueillir plus d’immigrants. En 2014, ils étaient 24 %, alors que cette année, ils sont 31 % à être d’accord pour en recevoir plus.

Un test des valeurs québécoises

Plus de la moitié des utilisateurs de la Boussole électorale, soit 54 %, sont d'accord avec une proposition figurant seulement dans le programme de la Coalition avenir Québec, celle de faire passer un test des valeurs québécoises aux nouveaux arrivants comme condition préalable à leur établissement permanent au Québec.

Cette idée transcende donc toutes les allégeances politiques.

L’appui à cette idée est encore plus prononcé chez les 55 ans et plus. Près des deux tiers des répondants de ce groupe souhaitent un test des valeurs québécoises pour les nouveaux arrivants.

Le français obligatoire

Parler le français devrait-il être une condition pour immigrer de façon permanente au Québec? Seul le Parti québécois est d’accord avec cette proposition.

Plus de la majorité des utilisateurs de l’outil, soit 64 %, pensent de même. Il s’agit d’une autre proposition qui fait écho chez les utilisateurs, quel que soit le parti auquel ils s’identifient.

À cette question, les répondants qui ont le français comme langue maternelle ont répondu favorablement à 66 %. Les personnes dont l’anglais est la langue maternelle sont favorables à 29 % à cette condition pour l’immigration permanente. Ceux qui déclarent avoir une langue maternelle autre que le français ou l’anglais sont d’accord à 53 % avec cette proposition.

Les informations présentées dans cet article proviennent des réponses de 77 698 répondants ayant participé à la Boussole électorale entre le 24 et le 28 août 2018.

La Boussole n’est pas un sondage

Ce qui différencie la Boussole du sondage classique, c’est que, dans ce dernier, les sondeurs choisissent les participants. Dans le cas de la Boussole, la participation est entièrement volontaire. Il se peut donc que l'échantillonnage soit moins représentatif.

L'entreprise créatrice de la Boussole électorale s’assure donc de pondérer les données avec les chiffres du dernier recensement de Statistique Canada.

Ce qui permet d’avoir un échantillonnage plus représentatif du portrait sociodémographique du Québec.

Et ne vous inquiétez pas : vos réponses restent confidentielles. Il n’y a aucun moyen de découvrir votre identité.

Politique provinciale

Politique