•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Combien coûtera le pont Gordie-Howe?

Dessin conceptualisé d'un pont.

La proposition est d'en faire un pont haubané, et il deviendra le plus long pont du genre en Amérique du Nord.

Photo : @GordieHoweBrg/Twitter

Radio-Canada

Le coût du pont Gordie-Howe, qui reliera Windsor et Détroit en 2022, était d'abord évalué à 4,8 milliards de dollars. Or, dans des documents rendus publics cette semaine, on apprend que le projet est maintenant estimé à 3,46 milliards. Qu'est-ce qui explique cette différence de prix?

Un texte de Rose St-Pierre

En novembre, lors d’une rencontre publique au sujet de la construction de ce qui deviendra le plus grand pont à haubans en Amérique du Nord, l’Autorité du pont Windsor-Détroit (APWD) avait annoncé le début des travaux en 2018. Le coût de construction était alors évalué à 4,8 milliards de dollars.

À ce moment, aucun soumissionnaire n’avait encore été choisi, et le budget précis n’était donc pas encore connu. L’échéancier était aussi sujet à changements.

853 mètres de longueur (sera le plus grand pont à haubans en Amérique du Nord), 6 voies, coût de 3,46 milliards de dollars, subventionné à 80 % par le gouvernement canadien.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le pont Gordie-Howe en chiffres - Le coût est une estimation - Source : Rapport de pré-vente du consortium Bridging North American par S&P Ratings 29 août 2018

Photo : Radio-Canada / Vincent Wallon

En avril 2018, Ottawa avait ordonné une révision du budget du projet. Le gouvernement fédéral craignait les dépassements de coûts.

Les trois soumissionnaires en lice avaient peur de ne pas pouvoir respecter les limites budgétaires du gouvernement. Des experts ont donc été consultés pour trouver des économies et proposer des changements techniques.

Le directeur des communications pour l’APWD, Mark Butler, assure que ces économies n’ont pas été réalisées au détriment de la sécurité des usagers.

Il n’y a absolument aucune inquiétude. Ce lien transfrontalier existera pour les 125 prochaines années. Nous voulons garantir que c’est un pont sûr, fiable et sécuritaire.

Mark Butler, Autorité du pont Windsor-Détroit

Financé par les péages

En juillet, l’APWD a annoncé que le groupe Bridging North America avait été choisi pour la construction, la gestion, l’entretien et le financement du pont.

On apprend maintenant, un mois plus tard, que le consortium responsable du projet estime dorénavant le coût de la construction à 3,46 milliards de dollars.

Les informations, contenues dans un document de prévente préparé par Standard & Poor’s (S&P), spécifient que le projet sera subventionné à 80 % par les contribuables canadiens. L’agence de notation accorde du même coup la note A au projet, en précisant que les perspectives sont stables.

Le gouvernement fédéral, par l’intermédiaire de l’Autorité du pont Windsor-Détroit, couvrira les frais tout au long de la construction, dans le cadre d’un partenariat public-privé. Ottawa espère recouvrer les coûts de construction grâce aux revenus tirés des péages au cours des 30 premières années d’existence du pont.

  • Le corridor commercial Windsor-Détroit est le passage commercial terrestre le plus achalandé entre le Canada et les États-Unis
  • En 2017, plus de 2,6 millions de camions ont traversé la frontière entre Windsor et Détroit
  • Ils transportaient des biens d’une valeur de plus de 130 milliards de dollars


Source : Infrastructure Canada

Estimation finale?

Le budget de 3,46 milliards n’est cependant pas le coût total du pont. Le montant sera connu à la fin de septembre, lorsque l’entente sera officiellement ratifiée entre l’Autorité du pont et le soumissionnaire retenu.

Bridging North America devra alors construire, gérer et entretenir le pont pendant 30 ans à ce prix.

En cas de dépassement des coûts, ce sera à l’entreprise privée d’assumer ces imprévus et non au gouvernement canadien.

Patrick Leblond, économiste et professeur à l’Université d’Ottawa, précise que le groupe Bridging North America est entièrement responsable de son estimation budgétaire.

« Le consortium a proposé un prix fixe dans le rapport de prévente. Le groupe se dit donc capable de respecter ce budget dans les échéances qui ont été établies. Donc, s’il y a dépassement de coûts, c’est le consortium qui les assume. »

Prévoir les imprévus

Selon Patrick Leblond, dans un budget de 3,46 milliards, on prévoit les imprévus.

Le professeur de gestion et de droit Gilles LeVasseur, de l’Université d’Ottawa, considère cependant que les risques de dépassement de coûts pour un tel projet sont très élevés.

L’inflation peut surprendre! Dans de gros projets, une augmentation de seulement 2 % de ce qui est prévu sur une période de trois ou quatre années est catastrophique.

Gilles LeVasseur, professeur à l’Université d’Ottawa

Une crise sur les tarifs et une absence d’accord commercial avec les États-Unis, en plus du nombre élevé de sous-traitants, pourraient aussi entraîner une augmentation rapide des coûts de construction du pont, selon Gilles LeVasseur.

Les détails de l’entente seront connus à la fin de septembre. Pour le moment, l’APWD et Bridging North America sont toujours en négociation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Infrastructures

Économie