•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les États-Unis suppriment leurs versements à l'UNRWA

Un homme transporte un sac au logo de l'UNRWA sur son épaule.

L'UNRWA aide environ cinq millions de réfugiés palestiniens. La plupart sont les descendants des Palestiniens ayant fui la Palestine lors de la création de l'État d'Israël en 1948.

Photo : Getty Images / SAID KHATIB

Reuters

Les États-Unis ont annoncé vendredi la fin de leurs versements à l'UNRWA, l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient, qui est financé presque entièrement par des contributions volontaires d'États.

Un porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas a dénoncé la décision de Washington qu'il a qualifiée « d'attaque contre le peuple palestinien ».

Par l'entremise de plusieurs messages sur Twitter, un porte-parole de l'UNRWA a fait part de sa surprise et de sa déception.

Dans un communiqué, le département d'État américain a estimé que le modèle économique et les pratiques budgétaires de l'agence présentaient des « défauts irrémédiables ».

« L'administration a soigneusement examiné la question et a décidé que les États-Unis ne verseraient pas de contribution supplémentaire à l'UNRWA », a déclaré la porte-parole du département d'État, Heather Nauert.

Elle a ajouté que l'« expansion sans fin et exponentielle de la communauté de bénéficiaires [de l'agence] n'était pas viable ».

« Nous rejetons le plus fermement possible les critiques selon lesquelles les écoles, les centres de soins et les programmes d'assistance de l'UNRWA présentent des "défauts irrémédiables" », a tweeté Chris Gunness, un porte-parole de l'UNRWA.

L'UNRWA aide environ cinq millions de réfugiés palestiniens. La plupart sont les descendants des Palestiniens ayant fui la Palestine lors de la création de l'État d'Israël en 1948.

Les États-Unis ont versé 60 millions de dollars à l'UNRWA en janvier dernier, mais ont suspendu le versement de 65 autres millions en attendant d'examiner les comptes de l'agence.

Une Palestinienne joue devant la maison de sa famille dans le camp de réfugiés d'Al-Shati, à Gaza.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une Palestinienne joue devant la maison de sa famille dans le camp de réfugiés d'Al-Shati, à Gaza.

Photo : Reuters / Mohammed Salem

« Décisions injustes »

« Une telle punition ne parviendra pas à changer le fait que les États-Unis n'ont plus de rôle dans la région et ne font plus partie de la solution », a commenté le porte-parole de Mahmoud Abbas, Nabil Abou Rdainah.

« Ni les États-Unis ni personne d'autre ne réussiront à faire disparaître » l'UNRWA, a-t-il ajouté.

L'administration palestinienne nie aux États-Unis tout rôle dans le processus de paix au Proche-Orient depuis que Donald Trump a décidé de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël en décembre dernier.

Le Hamas a jugé pour sa part que la décision de l'administration de Donald Trump constituait une « grave escalade » contre le peuple palestinien.

« L'exécutif américain est devenu un ennemi de notre peuple et de notre nation et nous ne plierons pas devant de telles décisions injustes », a déclaré Sami Abou Zouhri, porte-parole du mouvement islamiste palestinien.

Plus tôt dans la journée, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a annoncé que Berlin allait augmenter ses contributions à l'UNRWA, car la crise liée à son financement alimentait les incertitudes.

« La perte de cette organisation pourrait déclencher une réaction en chaîne incontrôlable », a-t-il dit.

Selon Heather Nauert, les États-Unis vont intensifier les discussions avec les Nations unies, les gouvernements de la région et les acteurs internationaux. Elles pourraient concerner une aide américaine bilatérale destinée aux enfants palestiniens.

« Nous sommes très conscients et concernés par l'impact sur les Palestiniens innocents, en particulier les écoliers, de l'incapacité de l'UNRWA et des principaux donateurs régionaux et internationaux à réformer et restaurer le fonctionnement de l'UNRWA », a ajouté la porte-parole du département d'État.

Moyen-Orient

International