•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections au Nouveau-Brunswick : les promesses de la semaine

Brian Gallant en conférence de presse durant la campagne électorale.

Le chef du Parti libéral, Brian Gallant, a fait de nombreuses promesses depuis le début de la campagne, le 23 août dernier.

Photo : Radio-Canada / René Godin

Radio-Canada

Vous étiez trop occupé à préparer la rentrée scolaire pour suivre la campagne électorale au Nouveau-Brunswick? Pas de problème : voici un résumé des promesses qui ont retenu l'attention lors de la première semaine complète de la campagne.

Le Parti libéral

Le Parti libéral a misé sur la santé et l’économie depuis le début de la campagne. Brian Gallant, le chef du Parti libéral et premier ministre sortant, s’engage notamment à :

  • ne fermer aucun hôpital en région rurale en plus d’investir 100 millions de dollars annuellement au cours des quatre prochaines années pour la modernisation et l’achat d’équipement;
  • ouvrir cinq centres de soins non urgents pour désengorger les urgences;
  • augmenter le nombre d'employés dans les foyers de soins et le temps accordé aux patients;
  • hausser le salaire minimum à 14 $ de l'heure d'ici 2022;
  • geler les tarifs d'électricité pour les clients résidentiels et les petites entreprises pendant quatre ans.
Brian Gallant à l'oeuvre au barbecue. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Brian Gallant a fait des promesses, mais il est aussi allé à la rencontre de citoyens, notamment faisant griller quelques hot dogs.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Le Parti progressiste-conservateur

Au Parti progressiste-conservateur, on fait peu de promesses, mais on note toute de même des engagements, surtout sur le plan économique. Blaine Higgs, le chef du parti, s'engage entre autres à :

  • s'opposer à la taxe sur le carbone;
  • mettre en place un crédit d'impôts pour les entreprises, pour chaque emploi créé dans la province;
  • accroître le potentiel économique des océans, développer le tourisme et l'énergie renouvelable en mer;
  • modifier la Loi sur la gouvernance locale afin de donner plus de pouvoir aux municipalités, dont en matière d’imposition et d’évaluation foncière.
Blaine Higgs en conférence de presse durant la campagne électorale.

Blaine Higgs, le chef du Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick, a misé sur l'économie pour la première semaine de campagne.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

En santé, il propose d'améliorer les options de logement pour les personnes âgées.

Finalement, Blaine Higgs promet de rendre des comptes plus souvent aux citoyens par les réseaux sociaux.

Les autres partis plus discrets

Les autres partis se sont montrés un peu plus discrets, mais plusieurs promesses et engagements ont tout de même été formulés depuis une semaine.

Au Nouveau Parti démocratique, on s'engage à améliorer les conditions de travail dans les foyers de soins communautaires ainsi que les soins aux résidents. On promet aussi d'augmenter le salaire minimum à 15 $ de l'heure et d'étendre l'équité salariale au secteur privé.

Même genre de promesses de la part du Parti vert : le parti de David Coon veut augmenter le salaire minimum à 15,25 $ de l'heure et étendre l'équité salariale au secteur privé, mais il promet aussi d'augmenter les prestations d'aide sociale.

Le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, David Coon, lors du défilé de la fierté de Moncton. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

David Coon veut notamment étendre l'équité salariale au secteur privé.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

En matière de santé, le Parti vert assure vouloir rendre au secteur public la gestion du programme de l’extra-mural et du service ambulancier.

Finalement, à l'Alliance des gens, c'est la langue et la dualité qui ont retenu l’attention : Kris Austin propose d'abolir le réseau de santé francophone, de mettre fin à la séparation des élèves francophones et anglophones dans les autobus scolaires et d'éliminer le Commissariat aux langues officielles.

Avec les informations de Gabriel Garon

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale