•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a 70 ans, 29 personnes périssaient dans un écrasement d'avion en Gaspésie

La queue du DC-3 d'Air Rimouski, toujours dans la forêt

La queue du DC-3 d'Air Rimouski

Photo : Parcs Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'été 2018 marque le 70e anniversaire d'un écrasement d'avion survenu dans le parc national Forillon. Vingt-neuf personnes perdaient la vie dans ce qui était alors le pire désastre aérien à survenir dans l'histoire du pays.

Le brouillard aura été fatal pour les passagers de ce DC-3 d'Air Rimouski qui avait décollé de l'île d'Anticosti le 24 juillet 1948.

On voit une page de journal qui décrit la tragédie aérienne survenue en 1948 dans le parc Forillon en Gaspésie. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

En 1948, la tragédie aérienne fait la une des journaux. Image d’archive tirée du reportage de Marie-Lise Dionne, en 1998.

Photo : Radio-Canada

Dans le reportage d’archives, réalisé à l'occasion du 50e anniversaire de l'accident, l’historien Jean-Marie Fallu décrivait le contexte. Sur les 29 passagers, 22 étaient des travailleurs forestiers et la plupart venaient de la Gaspésie. Deux d'entre eux étaient des neveux de La Bolduc.

« Ça avait causé tout un émoi à l’époque. »

— Une citation de  Jean-Marie Fallu, historien

C’était pendant les élections alors que Maurice Duplessis était au pouvoir. Donc les bûcherons venaient en vacances, mais ils venaient aussi pour voter, ajoute l'historien.

On voit des noms de victimes d'un écrasement aérien. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les noms de certaines victimes dévoilés dans le reportage de 1998.

Photo : Radio-Canada

L'un des premiers secouristes arrivés sur les lieux de l'écrasement, Anthime Fortin, témoignait dans un reportage diffusé lors du 50e anniversaire du drame. On a été une semaine à travailler pour ça. Vraiment, ç'a été dur. C’était tout brûlé, vraiment ce n’était pas intéressant, racontait-il.

Les familles peuvent aller se recueillir sur le site

On voit les débris d'un avion dans une forêt. Il s'agit d'un écrasement d'avion. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les débris de l'avion.

Photo : Radio-Canada

Le directeur du parc Forillon, Stéphane Marchand, confirme que le site est accessible. Si quelqu’un nous demande comment s’y rendre, nous allons lui indiquer le chemin, mais les sentiers ne sont pas balisés, prévient-il.

Il explique que cette procédure a été adoptée pour répondre à une demande des familles des victimes qui souhaitaient que le site soit surtout réservé aux proches afin qu’ils puissent aller se recueillir. Le site est clôturé et les débris ne sont pas accessibles pour éviter les blessures ou le vandalisme.

« Dans les années 1980, des familles ont dit souhaiter que des mesures de protection et de mise en valeur soient adoptées, mais de façon très privée, dans un esprit de recueillement. »

— Une citation de  Stéphane Marchand, directeur du parc national Forillon

Le directeur ajoute que le sentier est toujours entretenu. On s’assure que les gens puissent l’emprunter de façon sécuritaire, mais il n’est pas affiché comme les autres sentiers du parc, précise-t-il.

La carcasse de l'avion semble épargnée par le temps. À gauche: une image prise il y a 20 ans. À droite : une photo prise ces derniers jours, du même angle. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La carcasse de l'avion semble épargnée par le temps.À gauche: une image prise il y a 20 ans. À droite : une photo prise ces derniers jours, du même angle.

Photo : Radio-Canada et Parcs Canada

Stéphane Marchand s’est rendu sur le site tout récemment. Il se dit touché par l’ambiance qui y règne. Ça vient nous chercher. On pense au drame qui a été vécu pour les familles, confie-t-il.

« C’est étonnant de voir à quel point les débris sont préservés même si la nature a repris sa place. »

— Une citation de  Stéphane Marchand, directeur du parc national Forillon

Stéphane Marchand mentionne que la direction du parc est ouverte à discuter avec des familles qui aimeraient envisager une autre forme de mise en valeur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !