•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les libéraux promettent d’améliorer le recrutement de médecins

Brian Gallant fait une annonce électorale sur la santé à Moncton.

En compagnie de candidats de la région de Moncton, Brian Gallant s'engage à intensifier le recrutement de médecins et d'autres professionnels de la santé.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les libéraux du Nouveau-Brunswick promettent une nouvelle approche pour tenter de pallier la pénurie de médecins et d'autres professionnels de la santé dans la province.

Il y a actuellement une quarantaine de postes de médecins de famille et 66 postes de spécialistes vacants, selon des données de la Société médicale du Nouveau-Brunswick.

L’équipe de Brian Gallant propose justement de créer un partenariat avec la Société médicale pour améliorer le recrutement de nouveaux médecins. Il y aurait également, sous un gouvernement libéral, de « meilleures incitations » pour attirer les médecins au Nouveau-Brunswick, y compris dans les régions rurales. La nature de ces incitatifs reste à être définie, a précisé Brian Gallant.

La Société médicale jouerait ainsi un rôle plus actif dans le recrutement, qui est actuellement la chasse gardée du ministère de la Santé et des régies de la santé.

Les libéraux ont déjà identifié quelques mesures pour augmenter le nombre de professionnels de la santé dans la province :

  • de nouvelles places dans les programmes de médecine à Moncton et à Saint-Jean;
  • le recrutement de médecins étrangers par l’entreprise du projet pilote en matière d’immigration au Canada atlantique;
  • une stratégie de recrutement d’infirmières et le maintien des places additionnelles dans les collèges communautaires pour la formation de paramédicaux.

Un plus grand rôle pour la Société médicale

Dans un document dévoilé avant le début de la campagne, la Société médicale du Nouveau-Brunswick avait mis en avant plusieurs suggestions pour améliorer l’accès aux soins de santé primaires dans la province.

Les libéraux disent s’en être largement inspirés.

Ils n’ont pas l’intention, toutefois, de se départir du système de numéros de facturation souvent dénoncé par les médecins. Ce système empêche les médecins de pratiquer où bon leur semble et « peut réduire l’attrait du Nouveau-Brunswick pour les nouveaux diplômés en médecine en raison de son caractère restrictif », selon le Plan en matière de soins de santé préparé par la Société médicale, en vue des élections.

Le maintien de ce système est important pour les régions rurales, affirme le chef libéral Brian Gallant.

« Il faut savoir que [les numéros de facturation] ont été mis en place pour s’assurer que tous les Néo-Brunswickois, y compris ceux dans les régions rurales, ont accès à un médecin [...] en temps opportun », a-t-il déclaré lors de son point de presse, vendredi matin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !