•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet de cimenterie à L'Orignal : le manque de personnel bilingue ralentit la tenue d'audiences

Colacem Canada va de l'avant dans l'Est ontarien.

Colacem Canada veut construire une cimenterie à L'Orignal.

Photo : Courtoisie

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les audiences sur l'appel déposé par le regroupement Action Champlain contre un projet de cimenterie à L'Orignal ne débuteront pas la semaine prochaine, comme c'était prévu. L'avocat du groupe, Gabriel Poliquin, affirme d'ailleurs qu'il n'est « pas impossible que ça prenne jusqu'à un an » avant d'avoir une nouvelle audience.

Les audiences devaient avoir lieu pendant cinq semaines au Tribunal d'appel de l'aménagement local, anciennement la Commission des affaires municipales de l'Ontario (CAMO). Elles sont maintenant reportées pour une durée indéterminée, car celui qui devait les présider doit s'absenter pour des raisons personnelles.

Or, le coprésident en question est bilingue, une rareté dans ce tribunal administratif. Il ne peut donc pas être remplacé au pied levé, en raison du manque de personnel bilingue. L'audience devait se dérouler en français et en anglais.

Me Poliquin souligne que seulement deux membres du Tribunal, dont celui qui s'absente, sont bilingues et peuvent donc présider ces audiences, ce qui complique les choses. Ce sont des difficultés qui sont dues au manque de ressources, a déploré Me Poliquin.

On espère que ça ne prenne pas un an, a soutenu Me Poliquin, qui espère qu'une nouvelle date de début des audiences sera déterminée sous peu. On va faire tout notre possible pour que ça procède dans les prochains mois, mais on ne peut rien garantir.

Il s'agit d'une déception pour le comité citoyens Action Champlain, qui doit encore patienter. Selon le porte-parole André Chabot, des avocats et autres intervenants étaient prêts à aller défendre leur cause devant les tribunaux la semaine prochaine. Mais il tente de rester positif.

C'est sûr que tant que c'est repoussé, il n'y a pas de cimenterie, a-t-il dit.

Pour le directeur du département d’urbanisme et de foresterie pour les comtés unis de Prescott–Russell, Louis Prévost, le report ne change pas grand-chose, à part l'attente.

On va continuer, on va faire nos choses, nos emplois, nos choses quotidiennes, puis on ne sera pas en train de siéger pendant 21 jours à la CAMO, a expliqué l'employé municipal.

Avec les informations d'Audrey Roy, Denis Babin et Gilles Taillon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !