•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En 2018, le nombre d'inscriptions au Collège Mathieu atteint 205

Une capsule réalisée par Francis Marchildon

Cent ans après sa création, le Collège Mathieu se concentre sur l'éducation postsecondaire et technique. Après avoir cédé le secondaire en 2003, l'établissement a créé au fil des ans de nombreux partenariats qui lui ouvrent de nouveaux horizons.

Le Collège Mathieu est passé de 27 étudiants en 2012 à 205 inscriptions en 2018, affirme son directeur, Francis Kasongo. Grâce à de nombreuses ententes avec d’autres établissements scolaires en Saskatchewan et ailleurs, le Collège propose à présent 10 programmes. Celui de la petite enfance, qui forme des éducateurs pouvant intervenir auprès d’enfants de 0 à 5 ans, comprend la majorité des étudiants.

[Il faut] importer des programmes qui soient en adéquation avec les besoins de la communauté et surtout les besoins du marché de l’emploi.

Francis Kasongo

Le protocole d’entente visant le développement de l’éducation postsecondaire en français en Saskatchewan, signé en 2014, permet au Collège Mathieu d’accueillir des étudiants étrangers l’année suivante. Il peut donc augmenter le nombre d’étudiants en recrutant en dehors des frontières canadiennes.

L’avenir est, je dirais, très prometteur. Je pense que nous avons consolidé les bases, et nous allons continuer à travailler dans ce sens-là.

Francis Kasongo

« La communauté francophone de manière générale mérite d’avoir des institutions modernes qui se tiennent et qui répondent véritablement aux besoins de formation d’une main-d’oeuvre qualifiée », estime le directeur du Collège.

Éviter de nouveaux problèmes financiers

Créée en 1994, la Fondation du Collège Mathieu gère un fonds d’un peu plus de 500 000 $ provenant notamment d’entreprises qui ont à coeur la mission du Collège et de dons d’anciens élèves, explique Réal Forest.

Le président du conseil d’administration de l’établissement précise que la Fondation est en mesure d’allouer de 25 000 à 30 000 $ chaque année provenant des intérêts des investissements. La somme sert à financer des projets et à offrir des bourses aux élèves.

Ç'a toujours été un défi, le côté financier, ça n’a pas changé.

Réal Forest

Le Collège Mathieu tire également des avantages du Plan d’action sur les langues officielles, rappelle son directeur, Francis Kasongo. Il précise que le Collège reçoit chaque année une enveloppe provenant de l’entente quinquennale entre les gouvernements provincial et fédéral pour préserver l’enseignement du français en situation minoritaire.

D’ailleurs, en mars dernier lors de la présentation du Plan d’action pour les langues officielles - 2018-2023 : Investir dans notre avenir, le gouvernement Trudeau annonçait que le Collège Mathieu faisait partie des établissements qui allaient obtenir du financement pour l’enseignement des sciences en français au pays.

Vers une nouvelle charte pour le Collège

C’est la charte fondatrice du Collège, obtenue par Mgr Olivier-Elzéar Mathieu en 1917, qui définit encore aujourd’hui le fonctionnement et les pouvoirs de l’établissement. Ce document en cours de renégociation assure à l’Église catholique une place au sein de la Corporation du Collège, précise Réal Forest.

Pour le président du conseil d’administration du Collège, depuis que l’établissement n’a plus d’école secondaire, ni de pensionnat, la religion s'efface. Réal Forest explique que des cours de catholicisme peuvent faire partie des programmes postsecondaires, mais que l'accent n'est plus mis sur la religion.

On ne veut pas perdre des plumes en faisant ce changement.

Réal Forest

Deux changements principaux sont à attendre pour la prochaine charte, note Réal Forest. Le premier concerne la notion de non-confessionnalité, qui retirerait l’Église catholique du conseil d’administration du Collège. Et le second toucherait le mode de représentation au sein de ce conseil. Présentement, la représentation se divise par régions, explique le président, avec notamment des représentants pour Prince Albert, Saskatoon et Regina. Il souhaite que la nouvelle charte intègre plutôt la notion de représentation par champs d’intérêt ou par domaines professionnels.

Il faut le faire comme il faut, pour ne pas avoir à recommencer dans 2, 4, 10 ans.

Réal Forest

Initialement prévue pour l’année 2018, la nouvelle charte ne sera pas signée avant 2019, ajoute Réal Forest. Il explique ce retard par l’importance accordée au choix des mots, ainsi que par les échanges avec le gouvernement provincial qui dépendent des disponibilités de la législature.

- Découvrez une famille de Gravelbourg qui connait très bien le Collège

Saskatchewan

Éducation