•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'histoire d'une amitié improbable entre une femme de Saskatoon et une petite cochette

Penny, la cochette, mange à coté de Brigitte dans leur cour à Saskatoon
Brigitte et Penny dans leur cour à Saskatoon Photo: Brigitte Mercier
Radio-Canada

Parfois, les moments les plus difficiles de notre vie peuvent être une bénédiction cachée. C'est ce que croit Brigitte Mercier, de Saskatoon, depuis le jour de l'été 2017 où une petite cochette est entrée dans la sienne.

Un reportage de la Fureteuse fransaskoise Nicole Lavergne-Smith 

La petite cochette Penny

C’est sur une autoroute près de Nipawin, en juillet 2017, que tout a commencé. Ce jour-là, le conjoint de Brigitte Mercier, Sylvain Corbeil, suivait un camion qui transportait des cochons.

Soudain, une petite cochette a été projetée hors du camion et s'est retrouvée dans le fossé le long de la route.

Sylvain Corbeil dans son véhicule.Agrandir l’imageSylvain Corbeil dans son véhicule Photo : Brigitte Mercier

Sylvain Corbeil s’est aussitôt immobilisé, pour venir en aide à l’animal, qu’il a transporté chez un vétérinaire de Nipawin.

La cochette avait des bleus, une entorse et une grosse prune sur le front. Quelques jours plus tard, le vétérinaire offrait à Sylvain Corbeil de reprendre l’animal.

Une petite cochette à côté d'un animal en pelucheAgrandir l’imagePenny à côté d'un animal en peluche Photo : Brigitte Mercier

La conjointe de ce dernier, Brigitte Mercier, avait déjà commencé à préparer la maison. Brigitte avait, elle aussi, vécu des moments difficiles en raison d'une blessure de stress post-traumatique. Elle pouvait compatir avec le jeune animal.

Sylvain et Brigitte ont nommé la cochette Penny et ont remarqué tout de suite qu’elle était très intelligente.

Une petite cochette dans une piscine avec un chien à cotéAgrandir l’imagePenny et Jag dans la piscine chez Sylvain et Brigitte Photo : Brigitte Mercier

Brigitte savait que la joie d'avoir Penny comme membre de la famille serait de courte durée. Elle ne pouvait pas la garder chez elle. Un cochon comme Penny, une fois adulte, peut peser jusqu’à 400 kilos.

Elle a rapidement abandonné l’idée de la confier à un fermier simplement parce qu’elle savait qu’avec cette option, Penny se retrouverait tôt ou tard dans une assiette.

Elle a finalement trouvé un refuge pour animaux dans une ferme à Comox, en Colombie-Britannique, le refuge Rasta Sanctuary. (Nouvelle fenêtre)

Une cochette dans un abri à SaskatoonAgrandir l’imagePenny dans son abri à Saskatoon Photo : Brigitte Mercier

Trois semaines après l'avoir accueilli, Brigitte se rend en voiture jusqu'à Edmonton pour mettre l'animal sur un vol direct.

Une fois à l’aéroport, Penny s’est mise à hurler et à sangloter.

C’est le chien de la famille Jag qui a calmé les esprits. Il a appuyé son museau sur la truffe de la cochette, ce qui l'a instantanément apaisée.

Brigitte dans sa voiture avec une cage en arrièreAgrandir l’imageBrigitte en route vers Edmonton avec Penny Photo : Brigitte Mercier

C'était une grosse métaphore pour moi. Tu peux survivre, tombée en bas d'un truc, et continuer ta vie, et ça peut être mieux que ç'a jamais été.

Brigitte Mercier

Cela a été un au revoir chargé d’émotion pour Brigitte. Même dans ses rêves les plus fous, elle n’aurait jamais imaginé qu’elle aurait pu nouer une amitié profonde avec une cochette.

Penny semble sourire couchée sur le sol au refuge Rasta.Agrandir l’imagePenny semble sourire couchée sur le sol au refuge Rasta Photo : Andrew Hill

Tout est bien qui finit bien. Même si elle n’est plus avec Penny, Brigitte peut se réconforter.

Penny se porte bien dans son refuge. Sur place, elle est surnommée « la Princesse Penny » et ceux qui s’occupent d’elle la décrivent comme étant capricieuse, intelligente et surtout, très sociable!

Saskatchewan