•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

DPJ : la ministre sortante Lucie Charlebois piquée au vif par Sonia LeBel

Un lit d'enfant avec une couverture verte. En arrière, se trouve une peluche.

La candidate dans Champlain déplore la lenteur de l'enquête de la CDPDJ sur la situation en Mauricie.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La ministre déléguée à la protection de la jeunesse sortante, Lucie Charlebois, a fortement réagi aux propos tenus par Sonia LeBel dimanche, lors de son lancement de campagne dans Champlain, au sujet des problèmes à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).

Un texte de Sarah Désilets-Rousseau

En s’adressant à ses partisans, Sonia LeBel avait indiqué qu'elle ferait du dossier de la DPJ une priorité.

Elle a déploré la lenteur de l'enquête de la Commission des droits de la personne (La CDPDJ) en Mauricie et a dit vouloir s'attaquer au manque de ressources et à la lourdeur administrative dans le traitement des dossiers concernant les enfants vulnérables.

De passage dans les circonscriptions de Trois-Rivières et de Champlain jeudi, la ministre sortante a semblé visiblement irritée par ces propos, d’autant plus, à son avis, qu’ils viennent d’une avocate.

Je trouve ça assez indécent.

Lucie Charlebois, ministre déléguée à la protection de la jeunesse sortante
Elle répond aux questions de la journaliste.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Lucie Charlebois a réagi alors qu'elle était de passage à Trois-Rivières et dans Champlain, jeudi.

Photo : Radio-Canada

La CDPDJ, c’est un tribunal. On n’a pas le droit, comme intervenant politique, d’aller s’immiscer là-dedans. Au contraire, ces gens-là nous font des recommandations. Je trouve qu’elle part bien mal sa carrière. Elle serait mieux de rester en droit, a déploré Lucie Charlebois.

Lucie Charlebois estime avoir agi dans le dossier de la DPJ. Elle indique que le ministère de la Santé a investi ces dernières années plusieurs millions de dollars pour du soutien aux intervenants et l’ajout de ressources, de même que pour contrer les fugues.

Sonia LeBel persiste et signe

Aux propos de la ministre sortante, Sonia LeBel a répliqué qu'une enquête de la Commission des droits de la personne ne signifie pas qu'on ne doit pas agir en amont.

Je suis surprise surtout de la réaction de la ministre Charlebois dans ce dossier-là. Je pense que ça n’a rien à voir avec la profession d’avocate et si c’est ça être un politicien, ne pas intervenir quand il y a des problèmes, il faut vraiment que les choses changent, indique-t-elle.

Elle répond aux questions de la journaliste.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La candidate dans Champlain, Sonia Lebel, persiste et signe : elle est inquiète de la situation dans la région et veut en faire une priorité si elle est élue.

Photo : Radio-Canada

Encore récemment, ça a pris plus que 300 jours pour qu’on intervienne après un signalement. Quand on parle de la santé et de la sécurité de nos enfants, chaque jour compte.

Sonia LeBel, candidate dans Champlain

Sonia LeBel a réitéré son inquiétude face aux problèmes actuels à la DPJ en Mauricie et elle souhaite agir rapidement si elle est élue.

Mon propos n’est pas contre les gens qui interviennent auprès des enfants, mon propos est contre la structure et contre le fait qu’il n’y a pas eu de leadership dans ce dossier-là de la part de la ministre. Les gens sur le terrain, les intervenants, ont besoin d’aide. Ils sont débordés, déplore-t-elle.

Sonia LeBel a répondu à nos questions alors qu'elle déposait officiellement son bulletin de mise en candidature auprès du bureau du Directeur du scrutin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Politique provinciale