•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jennifer Keesmaat présente son plan pour le transport en commun à Toronto

Une femme avec un micro à la main
Jennifer Keesmaat Photo: La Presse canadienne / Colin Perkel
Radio-Canada

La candidate à la mairie de Toronto, Jennifer Keesmaat, a présenté sa vision pour le transport en commun dans la Ville Reine. Elle a promis, si elle est élue, d'aller de l'avant avec un plan qui ira « au-delà des cycles électoraux ».

Dans un point de presse jeudi, Mme Keesmatt, qui est l’ancienne urbaniste en chef de la Ville de Toronto, estime que les promesses du maire sortant John Tory semblent être écrites sur le derrière d’une serviette de table.

Je présente aujourd'hui une vraie vision pour le transport en commun à Toronto, une vision à long terme, souligne-t-elle.

Les sept priorités :

  • Construire la voie de contournement, communément appelé le « relief line » pour 2028.
  • Rendre le projet pilote sur la rue King permanent.
  • Construire des nouvelles stations de métro à Scarborough.
  • Étendre la ligne TLR Eglinton jusqu’à l’aéroport Pearson.
  • Mettre en œuvre un « service d'autobus amélioré » dans les zones où cela est logique.
  • Concevoir et construire le TLR sur la rue Jane.
  • Terminer le projet de TLR près du Waterfront.

Selon Mme Keesmaat, le projet de Smart Track, proposé par le maire de Toronto, John Tory, est un « mirage ».

La Smart Track est une distraction, un mirage. Ça nous empêche d’avoir un vrai système de transport en commun, explique Mme Keesmaat.

L’ancienne urbaniste en chef a pourtant travaillé en collaboration avec le maire Tory sur le projet de Smart Track alors qu’elle était à l’hôtel de ville de Toronto.

Une carte.Le projet de transport en commun présenté par Jennifer Keesmaat. Photo : Équipe de campagne de Jennifer Keesmaat

Plus de délai, avance John Tory

John Tory n’a pas perdu de temps afin de critiquer les propositions de la candidate à la mairie.

Selon M. Tory, la vision de Mme Keesmaat va créer du « chaos » dans le système de transport en commun de la municipalité.

Les plus grands perdants seront les résidents de Toronto qui vont devoir attendre plus longtemps pour des services et verront plus d’achalandage dans les autobus, métros et trains légers de la ville, explique-t-il.

M. Tory assure que depuis qu’il est à la tête de la Ville Reine, il a été en mesure d’obtenir plus de 9 milliards de dollars de financement pour les différents projets de transport en commun.

Toronto

Politique municipale