•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La communauté de Lone Rock pourrait disparaître à cause de la présence d'ammoniaque dans l'eau

Le résumé de Marianne Meunier

Les familles vivant dans le hameau de Lone Rock, situé près de la frontière entre la Saskatchewan et l'Alberta, vont devoir abandonner leur petite communauté si la municipalité rurale de Wilton ne rénove pas les réseaux d'alimentation en eau et d'égouts.

La semaine du 20 août, des familles comme celle de Melissa Heney ont appris qu'elles allaient devoir choisir entre vendre leur maison ou y rester sans avoir de service d’eau. Elles ont jusqu’au 31 octobre pour prendre une décision. C’est un choix difficile pour beaucoup qui ont grandi et passé toute leur vie dans cette petite communauté de 70 personnes, située au sud-est de Lloydminster.

La municipalité rurale de Wilton estime que les rénovations des systèmes d’eau et des égouts pourraient coûter jusqu’à 3 millions de dollars. La facture est trop élevée pour elle, selon Mme Heney. « Nos impôts ne peuvent pas couvrir les frais », précise-t-elle.

La pancarte dit « bienvenue à Lone Rock ».La petite communauté de Lone Rock, située au sud-est de Lloydminster, compte 70 habitants dont l'avenir est incertain. Depuis deux ans, l'Agence de sécurité de l'eau de la province note un problème d'ammoniaque important dans les eaux. Photo : Envoyée par Randy Holt

La famille de Mme Heney vit là depuis 25 ans. Elle a acheté sa propre maison il y a seulement deux ans. Elle dit que ses deux enfants sont tristes à l’idée de se séparer des amis avec qu’ils ont grandi.

Selon l’Agence de la sécurité de l'eau de la Saskatchewan, les systèmes d’eau de Lone Rock contiennent des concentrations élevées d’ammoniaque, surtout depuis les deux dernières années.

Le frère de Melissa Heney, Sean Heney, se demande si les activités pétrolières avoisinantes auraient contribué à la présence importante d’ammoniaque dans l’eau.

Manque de transparence?

Melissa Heney estime que les habitants de Lone Rock ont été laissés dans l'ignorance lorsque la Municipalité a commencé à racheter des propriétés.

L'avis décrit le nouveau délai qui est passé du 30 septembre au 31 octobre pour les résidents de Lone Rock qui souhaitent faire l'évaluation de leur propriété avec Musgrave Agencies. Agrandir l’imageLe conseil municipal de Wilton a prolongé le délai pour les résidents qui souhaitent contacter Musgrave Agencies quant à l'évaluation de leur propriété. Ils ont maintenant jusqu'au 31 octobre. Photo : Facebook de la communauté de Lone Rock

En février, Wilton a mis en place une société à numéro avec l’aide de Musgrave Agencies, une compagnie de développement immobilier, située à Lloydminster. Des papiers d’enregistrement de titres fonciers montrent que, jusqu’à présent, la société à numéro a acheté 13 propriétés de Lone Rock.

Pendant l’été, Musgrave Agencies a dit à des habitants qu’elle allait offrir une juste évaluation du marché, puis acheter leur maison 5 % au-dessus de la valeur du marché. La compagnie leur a aussi dit qu’ils avaient un délai de quatre jours avant que l’offre n'expire.

Melissa Heney, qui n’a pas été contactée pour vendre sa maison, affirme qu’au départ les gens ne savaient pas que la société appartenait à la municipalité rurale.

Tout ce qu’ils disaient [les gens de la société à numéro] c’est qu’ils agissaient pour leur compte.

Melissa Heney, habitante de Lone Rock

« La municipalité rurale utilise des tactiques d’intimidation pour sortir les gens de leur maison », estime le mari de Mme Heney, Randy Holt.

Le préfet de Wilton, Glen Dow, explique que, si la municipalité rurale avait été complètement transparente quant à la société à numéro, la valeur des maisons aurait diminué. Selon M. Dow, cela aurait alors causé plus de tort que de bien aux habitants.

Glen Dow ajoute que les systèmes d’eau et d’égouts fonctionneront jusqu’en 2024, mais qu’il est impossible d’ignorer le problème de la concentration d'ammoniaque dans l’eau.

Avec les informations de Bridget Yard et Jennifer Quesnel

Saskatchewan

Pollution