•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec solidaire promet de protéger plus d'aires marines

La co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé
Québec solidaire veut exiger que les aires marines protégées interdisent complètement les activités industrielles Photo: Radio-Canada / Vianney Leudière

Québec solidaire (QS) reprend à son compte l'engagement, que les précédents gouvernements libéraux n'ont jamais réalisé, de porter à 10 % d'ici 2020 la proportion des aires marines de la province qui est protégée.

Un texte de Bernard Barbeau

Présentement, les zones protégées couvrent 1,3 % des aires marines du Québec, une proportion qui grimpera à 1,9 % avec la concrétisation d’un projet déjà lancé au Banc-des-Américains, au large de la péninsule de la Gaspésie.

La porte-parole de QS Manon Massé a promis de corriger cette situation, jeudi matin, dans le secteur du Bic, à Rimouski, avec pour toile de fond l’estuaire du Saint-Laurent, directement touché par cet engagement, où vit le béluga du Saint-Laurent, une espèce en voie de disparition.

C’est là le théâtre de l’un des trois projets que QS met de l’avant pour réaliser l’engament que le Québec avait pris dans le cadre de la Conférence mondiale sur la biodiversité de Nagoya, au Japon, en 2010. Le gouvernement du Québec devait atteindre en 2015 un objectif de 10 %, qu’il a ensuite reporté à 2020.

« Les libéraux se sont traîné les pieds, a regretté Mme Massé. En 15 ans de gouvernance, ils n’ont même pas fait le cinquième de ce qu’ils s’étaient engagés à faire. Entre vous et moi, 2020, c’est demain matin. »

Les libéraux sont des gardiens de parc incompétents! […] Ils disent une chose d’un bord – "on va protéger" – et de l’autre bord, ils ouvrent les bras très grand à l’industrie pétrolière et gazière.

Manon Massé, porte-parole de Québec solidaire

Les deux autres projets de QS sont le plateau des îles de la Madeleine et celui de Tawich, à la baie James.

« On va être clairs : on n’a pas tracé ça tout seuls, a insisté Mme Massé. C’est une concertation qui se fait avec les scientifiques, avec les décideurs locaux et – pour nous, pas encore assez – avec les citoyens. »

Ensemble, les trois aires ajouteraient 43 000 km2 au parc marin protégé.

Superficie de chacune des aires marines visées :

  • estuaire du Saint-Laurent : 6000 km2
  • plateau des îles de la Madeleine : 17 000 km2
  • Tawich : 20 000 km2

« On va exiger que ces aires marines protégées interdisent complètement les activités industrielles, a déclaré Manon Massé. La protection de la biodiversité et le développement des activités industrielles sont incompatibles. »

Des effets positifs pour la pêche

« Nous créerons des réserves marines où la pêche sera interdite, mais soyez assurés que ce n’est pas sur l’ensemble de l’aire marine et que la pêche au crabe, homard [et autres] sera toujours permise [ailleurs] et en sera améliorée », a ajouté Mme Massé.

QS assure ne pas vouloir pénaliser l'industrie de la pêche.

Au contraire, « les régions avoisinantes vont bénéficier des stocks de poissons, qui ont le temps de se régénérer, de devenir plus gros », a expliqué la candidate de QS dans Rimouski, Carol-Ann Kack. « Ce sont des petites zones où on interdit la pêche, pour qu’aux alentours, on puisse bénéficier de ces gains. On a vu des améliorations aux endroits où ça a été fait. »

« On estime que chaque dollar investi dans une aire marine protégée génère au moins 3 $ de retombées positives à l'échelle locale », selon Mme Kack.

« Les projets sont déjà identifiés, les communautés sont déjà mobilisées, a souligné Manon Massé. Il faut juste le courage politique de dire non aux pétrolières qui ont l’œil sur notre Saint-Laurent, de dire non aux gazières qui ont l’oeil sur nos gaz de schiste, et cetera. Alors, c’est une façon de mettre un holà à cette industrie. »

Préserver nos milieux marins, c'est le plus beau cadeau qu'on ne peut pas faire à nos communautés côtières, le plus beau cadeau qu'on ne peut pas faire à la biodiversité de l'humanité, et le plus beau cadeau qu'on ne peut pas faire à nos enfants.

Manon Massé, porte-parole de Québec solidaire

Mme Massé a déploré que la Coalition avenir Québec (CAQ) n’ait pris aucun engagement clair dans son Projet Saint-Laurent pour préserver la richesse naturelle du fleuve, tout en voulant l'exploiter.

« Sur 300 pages, dans son livre [Cap sur un Québec gagnant : Le Projet Saint-Laurent], il n’y a pas un endroit où on mentionne l’importance de conserver la biodiversité et de protéger nos milieux marins », a-t-elle souligné.

Québec solidaire compte aussi protéger 20 % des aires terrestres de la province d'ici 2020.

Politique provinciale

Politique