•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chantier Davie licencie 400 travailleurs

L'Astérix

400 employés sont licenciés au Chantier Davie

Photo : Jérémy Citone, Chantier Davie

Radio-Canada

Malgré un récent contrat de 610 millions pour l'acquisition et la conversion de 3 brise-glaces, Chantier Davie n'a pas suffisamment de travail pour tous ses employés. L'entreprise de Lévis se voit dans l'obligation licencier pas moins de 400 travailleurs.

Un texte d’Alexandre Duval

Chantier Davie confirme avoir acheminé mercredi un avis au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale pour officialiser cette mise à pied massive, effective à compter du 7 septembre prochain.

« C’est une journée qui est triste, c’est une journée qui est noire », commente le vice-président aux affaires publiques du Chantier, Frédérik Boisvert.

M. Boisvert affirme que ce licenciement « formalise les mises à pied temporaires qui ont été faites depuis les six derniers mois. »

Une saignée du genre au niveau de la main-d’œuvre, c’est très difficile de s’en remettre.

Frédérik Boisvert, vice-président aux affaires publiques du Chantier Davie
Frédérik Boisvert, porte-parole du Chantier Davie

Frédérik Boisvert, porte-parole du Chantier Davie

Photo : Radio-Canada

« Ce que ça veut dire, au final, c’est des gens qui quittent probablement la région ou des gens qui vont se replacer ailleurs parce qu’ils ne peuvent plus attendre pour de nouveaux contrats », illustre M. Boisvert.

Succession de « mauvaises nouvelles »

Chantier Davie affirme que la situation actuelle est le résultat de « l’accumulation de quelques mauvaises nouvelles, ces derniers temps », qui nuisent au modèle d’affaires de l’entreprise.

L’appel d’offres international lancé par Québec pour la construction du CTMA Vacancier fait partie des irritants pour Chantier Davie.

M. Boisvert affirme que si l’appel d’offres était national, Chantier Davie pourrait le décrocher et sécuriser pas moins de 600 emplois pour une durée de 3 ans.

Par ailleurs, les contrats qui permettaient le maintien d’un certain niveau d’activité au Chantier arrivent à échéance : le traversier NM Armand-Imbeau II a été livré cet été et le NM Jos-Deschênes II sera complété d’ici la fin de l’été.

Chantier Davie a récemment obtenu un contrat fédéral de 610 millions de dollars pour l’acquisition et la conversion de 3 brise-glaces, mais la part du lion est consacrée à l’achat des navires plutôt qu’aux travaux à effectuer dessus, rappelle M. Boisvert.

Québec et Ottawa peuvent agir

Chantier Davie soutient que les gouvernements fédéral et provincial peuvent tous deux agir pour protéger le fleuron lévisien.

« Des opportunités, juste au Canada, on les chiffre en milliards. La flotte fédérale rouille plus vite qu’elle ne peut être remplacée », soutient M. Boisvert.

« Si le Québec avait sa juste part de ces contrats-là, au bas mot 20 milliards, on serait en plein emploi au chantier pour des années, au moins une décennie », ajoute-t-il.

Québec

Économie