•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de l'enseignante Marjolaine Ward : la communauté acadienne en deuil

Les drapeaux ont été mis en berne devant l'école Pierre-Chiasson, dans l'ouest de l'Île-du-Prince-Édouard, à la suite du décès tragique d'une enseignante, happée par un véhicule alors qu'elle était à vélo.

Les drapeaux ont été mis en berne devant l'école Pierre-Chiasson, dans l'ouest de l'Île-du-Prince-Édouard, à la suite du décès tragique d'une enseignante, happée par un véhicule alors qu'elle était à vélo.

Photo : Radio-Canada / François Pierre Dufault

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La communauté acadienne et francophone de l'ouest de l'Île-du-Prince-Édouard est ébranlée par décès tragique d'une enseignante de l'école Pierre-Chiasson, happée mortellement alors qu'elle était à vélo, lundi soir.

Un texte de François Pierre Dufault

Les collègues de travail et les élèves de Marjolaine Ward se souviennent d'elle comme d'une personne exigeante, mais aimante, qui avait à coeur la réussite de ses élèves.

C'était une personne passionnée par la grammaire. Une vraie enseignante de français. Elle tenait beaucoup à ses élèves. Je sais que ses élèves étaient toujours entre bonnes mains, se souvient Ghislain Bernard, le directeur de l'école Pierre-Chiasson, qui a travaillé pendant 12 ans avec celle que les élèves appelaient affectueusement Mme Marjolaine.

Marjolaine Ward enseignait le français aux élèves de la 7e à la 12e années.

Les messages sont écrits à la craie sur l'asphalteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des gens ont laissé plusieurs messages d'amour et de remerciement pour Marjorie Ward.

Photo : Radio-Canada / Guy R. LeBlanc

L'enseignante âgée de 60 ans était originaire de Miscou, au Nouveau-Brunswick. Elle s'était établie dans la région de Tignish, à l'Île-du-Prince-Édouard, alors que la petite école de langue française de l'endroit logeait dans une batterie de classes portatives, sur le bord du chemin DeBlois.

Ghislain Bernard parle de son ancienne collègue comme d'une pionnière de l'école Pierre-Chiasson, qui a emménagé dans ses locaux actuels en 2007.

Nous sommes en deuil. C'est certain que les premiers jours d'école, il y a des élèves qui vont trouver ça difficile.

Ghislain Bernard, directeur de l'école Pierre-Chiasson

Marjolaine Ward se passionnait pour la littérature, la philosophie et le théâtre. Sa salle de classe à l'école Pierre-Chiasson est remplie de livres. Sur les murs, on retrouve des citations de Molière et de Shakespeare, de même que des illustrations des fables de La Fontaine, réalisées par une ancienne élève.

L'enseignante aimait transmettre ses passions à ses élèves, se souviennent ses anciens collègues de travail.

Marjolaire Ward était également une sportive. Elle s'adonnait à la course, notamment. Récemment, elle avait entrepris de s'entraîner pour un triathlon.

« Un grand vide »

L'absence de Marjolaine Ward à la rentrée scolaire va créer un grand vide, selon Ghislain Bernard. C'est une petite communauté, rappelle le directeur de l'école qui compte environ 75 élèves et une douzaine de membres du personnel.

La rentrée scolaire à l'Île-du-Prince-Édouard va avoir lieu le 6 septembre.

Photo de Marjolaine Ward, enseignante à l'École de Deblois.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marjolaine Ward, enseignante de l'école Pierre-Chiasson de Deblois, dans l'ouest de l'Î.-P.-É., a été victime d'un délit de fuite plus tôt cette semaine. Un homme a été arrêté.

Photo : Facebook/École Pierre-Chiasson

Mme Marjolaine a fait partie de nos vies pendant 12 ans. Elle était enseignante, mais aussi une membre de notre petite famille, ici, à l'école. Lorsque venait le temps des bulletins, je venais la voir et elle me donnait toujours un gros hug, se souvient Carrie-Ann Gallant, une ancienne commissaire scolaire à l'Île-du-Prince-Édouard dont les trois enfants ont fréquenté l'école Pierre-Chiasson.

Le Centre acadien de Prince-Ouest, qui regroupe l'école Pierre-Chiasson et le Conseil communautaire Rév. S.-E.-Perrey, a ouvert ses portes, jeudi, pour accueillir les élèves et les membres du personnel qui souhaitaient se réunir en souvenir de l'enseignante. Des services de soutien étaient offerts.

Les drapeaux avaient été mis en berne devant l'édifice.

Une route de campagne rectiligne et sans trottoirAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'accident s'est produit lundi soir sur la route 12 dans les environs de Kildare Capes.

Photo : CBC/Brittany Spencer

Carrie-Ann Gallant et deux de ses enfants, Mackenzie, 23 ans, et Rhys, 17 ans, ont tenu à se rendre à l'école pour exprimer leur tristesse à la suite du décès tragique de Marjolaine Ward. Ils ont évoqué le souvenir d'une personne qui aimait profondément ses élèves, et qui avait à coeur leur réussite scolaire.

Rhys Gallant est sur le point d'entreprendre sa 12e année à l'école Pierre-Chiasson. Il va être le seul élève de sa classe. Mme Marjolaine devait lui enseigner le français. Ça va être différent, confie sa mère avec émotion.

Une enseignante à la retraite a accepté d'enseigner le français aux classes de la 7e à la 12e années à l'école de la région de Tignish d'ici à ce qu'une nouvelle personne soit embauchée, précise le directeur Ghislain Bernard.

Marjolaine Ward circulait à vélo sur la route 12 près du petit village de Kildare Capes lorsqu'elle a été happée par un véhicule, lundi soir. Elle a succombé à ses blessures.

L’automobiliste a quitté les lieux sans attendre. Les policiers ont arrêté un suspect de 31 ans, quelques heures plus tard. Des accusations pourraient être déposées contre lui. L'enquête se poursuit.

Avec des informations de Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !