•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les écoles de la DSFM se préparent à accueillir plus d’élèves cette année

Des enfants font la file. Ils ont leur sac à dos et ils sont prêts à quitter leur classe.
Le secrétaire-trésorier de la DSFM, Serge Bisson, s'attend à une hausse des inscriptions d'environ 2 % en 2018-2019, par rapport à l'année académique précédente. Photo: Radio-Canada / Marie-Lise Mormina
Radio-Canada

Des agrandissements et des restructurations ont été effectués cet été dans plusieurs écoles de la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) pour répondre à une augmentation probable des inscriptions pour l'année scolaire 2018-2019, qui débute le 5 septembre.

Un texte de Mathilde Monteyne

S’il faut attendre la rentrée scolaire pour le confirmer, le secrétaire-trésorier de la DSFM, Serge Bisson, s’attend à une augmentation des élèves de près de 2 % dans les écoles de la DSFM en 2018-2019, par rapport à l’année précédente.

« On était autour de 5560 et 5570 [élèves] l’année passée, puis on estime [qu'il y en aura] entre 5650 et 5700 cette année. Donc environ 100 élèves de plus », affirme-t-il.

Un homme grisonnant regarde l'objectif, avec en arrière-plan un tableau coloré accroché sur un mur jaune.Serge Bisson, secrétaire-trésorier de la Division scolaire franco-manitobaine Photo : Radio-Canada / Mathilde Monteyne

Certaines écoles sont davantage touchées que d’autres et ont nécessité des adaptations, comme l’a détaillé Serge Bisson lors de la réunion de la Commission scolaire franco-manitobaine, qui avait lieu mercredi. Il explique que la Province a donné son feu vert pour l’achat de cinq classes modulaires pour les écoles de Saint-Joachim, Gilbert-Rosset, Lagimodière et Gabrielle-Roy.

Autour d'une table ronde en bois clair, plusieurs personnes sont assises et examinent leurs ordinateurs portables placés devant elles.Réunion de la Commission scolaire franco-manitobaine (CSFM) du 29 août 2018 Photo : Radio-Canada / Mathilde Monteyne

Cette dernière école, située à Îles des Chênes, en recevra d’ailleurs deux, précise Serge Bisson. Il ajoute qu'une salle de classe y a aussi été transformée afin de pouvoir servir, également, de salle de gymnastique. « On a changé le tapis et on a mis quelques pièces d’équipement », explique le secrétaire-trésorier.

À l’école Réal-Béard de Saint-Pierre-Jolys, M. Bisson explique qu’un laboratoire a été converti en deux salles de classe, tandis qu’un stationnement supplémentaire a été construit pour l’école La Source de Shilo. Enfin, il était difficile d’effectuer des agrandissements à l’école Taché de Winnipeg, mais l’espace administratif a été repensé. « On a des limites physiques, mais on pouvait mieux utiliser les espaces », indique Serge Bisson.

C’est surtout pour les classes de maternelles que les changements ont dû être effectués. Il ajoute que la hausse des inscriptions touche autant les régions rurales qu’urbaines et se reflète aussi dans les écoles anglophones.

« C’est vraiment en lien avec des changements de population dans la Province », dit-il.

D’après M. Bisson, seules certaines communautés, comme Saint-Lazarre et Saint-Jean-Baptiste, connaissent une diminution du nombre de jeunes inscrits dans leurs écoles, tant francophones qu’anglophones.

Manitoba

Éducation