•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Plaintes de harcèlement psychologique au travail contre Gilles Lehouillier

    Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier

    Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

    Radio-Canada

    Le climat de travail au cabinet du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, est décrié par plusieurs ex-employées. Trois plaintes de harcèlement psychologique ont été déposées le mois dernier à la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), qui a confirmé l'ouverture des dossiers à Radio-Canada.

    Un texte d’Olivier Lemieux

    « Ça n'a pas de sens. Tu ne peux pas faire vivre ça à quelqu'un », déplore Pascale (nom fictif) en se remémorant son passage au sein du cabinet de Gilles Lehouillier.

    Elle prétend avoir été impliquée dans plusieurs altercations verbales et une altercation physique avec son ancien patron. Les incidents allégués se seraient déroulés lors de son premier mandat comme maire de Lévis, entre 2013 et 2017.

    Selon Pascale, plusieurs membres du cabinet de Gilles Lehouillier redoutaient alors de subir ses foudres.

    Ça pouvait être des dossiers déchirés, garrochés, des cris… On vivait à coups de crisse et de tabarnac.

    Une ex-employée du cabinet de Gilles Lehouillier

    C’est pour dénoncer un « cercle vicieux qui n’a pas de fin » qu'elle a décidé de porter plainte, et accepte aujourd’hui de témoigner de façon anonyme. Elle dit craindre les répercussions sur sa vie professionnelle.

    Un homme possessif, selon une plaignante

    En évoquant son ancien patron, Pascale dresse aussi le portrait d’un homme possessif, qui exigeait souvent d’être accompagné par son personnel politique en dehors des événements publics prévus à son calendrier.

    Elle prétend avoir souvent accompagné le maire Lehouillier à sa demande, parfois dans des bars, à la fin de sa journée de travail.

    « Si on était le jeudi, tu savais que tu allais devoir faire des accompagnements plus tard », mentionne Pascale.

    Elle précise ne jamais avoir fait l’objet d’avances sexuelles de la part de Gilles Lehouillier, mais déplore avoir été obligée de le suivre dans des événements qui sortaient du cadre professionnel.

    « C’est clairement pas normal », tranche-t-elle.

    Trois autres personnes ayant travaillé au sein du cabinet de Gilles Lehouillier depuis 2013 ont souligné à Radio-Canada l’existence d’un climat de travail « malsain » et « inacceptable ».

    Lehouillier se défend

    Gilles Lehouillier a décliné la demande d'entrevue de Radio-Canada. Il a toutefois commenté les allégations à son endroit en marge d’une conférence de presse jeudi matin. Le maire se dit victime d’un « règlement de comptes » et affirme avoir « la conscience tranquille ».

    « Nous vivons dans une société où il faut encourager les dénonciations et inciter les présumées victimes à porter plainte. J’ai un profond respect pour les personnes, les femmes et les hommes qui le font. Or, dans le présent cas, ces plaintes me concernant ont toutes les apparences d’un coup monté alimenté par un sentiment de vengeance », a-t-il réagi.

    Le maire prévient qu’il n’acceptera pas « qu’on s’attaque injustement à [sa] réputation ».

    Politique municipale

    Politique