•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Québécois sont-ils dépossédés de leurs lacs?

Une pancarte sur une clôture prévient que la plage, qu'on voit en arrière-plan, n'est accessible qu'aux résidents de Saint-Hippolyte
La seule plage municipale de Saint-Hippolyte n'est accessible qu'aux 10 000 résidents de cette municipalité des Laurentides Photo: Radio-Canada / Anne Marie Lecomte
Radio-Canada

Avec son demi-million de lacs, le Québec est un pactole pour baigneurs et plaisanciers. Sauf que la privatisation du littoral va croissant et l'accès à l'eau se monnaye à fort prix, quand il ne donne pas lieu à d'âpres disputes. Au terme d'un été marqué par cinq canicules et huit périodes de chaleur et d'humidité, la question se pose : à qui appartient l'eau?

Un texte d'Anne Marie Lecomte

À seulement une heure de Montréal, Saint-Hippolyte recèle 62 lacs. Mais ce paradis aquatique des Laurentides ne compte qu'un seul accès public, soit la petite plage du lac de l'Achigan. Et encore : elle n'est accessible qu'aux 10 000 Hippolytois, preuve de citoyenneté à l'appui. Tout au plus les jours de canicule y accepte-t-on les voisins de Saint-Calixte par exemple – distants de 20 km.

Jadis, le lac de l'Achigan – assez grand avec ses 5,3 kilomètres carrés – comptait tellement d'embarcations que, par beau temps, les plaisanciers ironisaient qu'on pouvait le traverser à pied. Désormais, pour y mouiller une embarcation, il en coûte jusqu'à 300 $... par jour, aux non-résidents.

« Nous, on appelle ça " un tarif à l'environnement ", affirme le directeur général de Saint-Hippolyte, Normand Dupont. Vous voulez profiter d'un beau plan d'eau sain où il est agréable de se baigner? Participez. » Il en va de même lorsqu'on invite des gens à manger à la maison, explique le DG de Saint-Hippolyte : « On leur demande d'apporter une petite salade... ».

Normand Dupont assure que les 300 $ exigés ne visent pas à « décourager » les visiteurs, mais bien à financer l'entretien du lac et à en maintenir l'équilibre écologique. Surtout après le passage des planches nautiques (wakeboard), qui remuent la vase dans le fond et créent des vagues si spectaculaires « que même les gens sur les quais sursautent », décrit-il.

Un lac est un peu comme une infrastructure. Il y en a qui ont des arénas, des piscines publiques, un poste de police... C’est pas vrai que c’est naturel et que ça ne coûte absolument rien.

Normand Dupont, directeur général de la Municipalité de Saint-Hippolyte, dans les Laurentides

Cet été, par exemple, Saint-Hippolyte a fait réaliser une étude de 80 000 $ pour repérer la présence d'indésirables comme le myriophylle en épi, si envahissant qu'on le qualifie de « plante zombie », évaluer la qualité de l'eau et l'état des berges. La municipalité a aussi procuré à ses patrouilleurs une motomarine de 50 000 $. Une seule bouée avec ancrage coûte 800 $... Sans compter les salaires des surveillants, des inspecteurs et de la directrice des services de l'environnement. Bref : « L'aménagement et l'entretien [...] sont payés par les taxes de nos contribuables, dit Normand Dupont. Pas par les villes voisines. »

« L’eau appartient à tous, oui. Mais nous, au municipal, on n’a pas l’obligation de vous en garantir l’accès », résume le DG de Saint-Hippolyte.

Un lac avec une aire de baignade délimitée par une succession de bouées et une plage de sableL'aire de baignade de la plage municipale du lac de l'Achigan à Saint-Hippolyte, dans les Laurentides. Photo : Radio-Canada / Anne Marie Lecomte

« Une tarification exorbitante »

« Une catastrophe. » C'est ainsi que l'Association maritime du Québec (AMQ) décrit la baisse constante du nombre de rampes de mise à l'eau accessibles gratuitement ou à prix abordable dans la province. « Le mot est un peu fort, concède Alain Roy, directeur général de l'AMQ. Mais les tarifications sont apparues au fil des années et, sous la pression des [propriétaires] riverains, les municipalités ont augmenté les tarifs pour les non-résidents. »

En 2011, la Cour d'appel du Québec avait invalidé le règlement de Saint-Adolphe-d'Howard qui interdisait à toute personne ne résidant pas sur son territoire d'utiliser le débarcadère municipal du lac Saint-Joseph. Depuis, les municipalités usent d'une autre stratégie pour « empêcher la mise à l'eau d'embarcations appartenant à des non-résidents », affirme Alain Roy : « elles imposent une tarification exorbitante ».

L'AMQ regroupe « tout ce qui flotte » : les embarcations de 10 000 plaisanciers et 300 entreprises et organisations. Avec le soutien de ce vaste groupe, l'Association de la pêche sportive du Québec (APSQ) a intenté cette année un pourvoi en contrôle judiciaire contre Ivry-sur-le-Lac, une municipalité des Laurentides qui réclame jusqu'à 500 $ aux propriétaires de bateau qui n'y résident pas. Les pêcheurs sportifs veulent faire invalider cette réglementation qui contrevient, disent-ils, à la Loi fédérale sur la protection de la navigation. Les parties seraient en pourparlers pour conclure un règlement à l'amiable. « Mais nous, on préférerait aller en cour et faire jurisprudence », insiste Alain Roy.

Un mouvement de protestation grandissant

« En Ontario, le gouvernement gère des rampes de mise à l'eau gratuites et bien entretenues, poursuit Alain Roy. Aux États-Unis, il y en a aussi. » Par conséquent nombre de plaisanciers de Montréal, par exemple, filent vers Kingston ou vers le lac Champlain, boudant les villes riveraines du fleuve Saint-Laurent qui ont fait bondir leurs tarifs de mise à l'eau. Cet exode nuit à l'essor de l'industrie touristique au Québec, déplore M. Roy.

Trois hommes pêchent à bord d'un bateau à moteur sur le fleuve St-Laurent.Des pêcheurs sur le fleuve Saint-Laurent Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

On ne demande pas la gratuité, mais une gestion systémique de la part de Québec.

Alain Roy, directeur général de l'Association maritime du Québec

Sous la gouverne de l'Association maritime, un nombre grandissant de passionnés de nautisme viennent grossir le mouvement pour un meilleur accès à l'eau : les 5000 membres de la Fédération québécoise du canot et du kayak se sont alliés aux pêcheurs sportifs et plus de 70 entreprises ou organisations se disent prêtes à les rejoindre. Tous réclament d'une seule voix que le gouvernement du Québec se mouille.

Selon l'AMQ, Québec doit décharger les municipalités de ses responsabilités sur le plan de l'environnement, entre autres : quand le lac s'engorge de myriophylle en épi, rapporté par les bateaux venus d'ailleurs, la question du lavage d'embarcations devient cruciale. Or, les lavages « sont faits n'importe comment » par les plaisanciers, dit Alain Roy. Et même quand le bateau rutile, il arrive que les viviers ou les remorques demeurent crottés! « Là aussi, des normes gouvernementales doivent être instaurées, insiste Alain Roy.

À qui le beau lac?

Ce qui ramène la question de fond : à qui appartient l'eau? C'est compliqué. La navigation est de juridiction fédérale, le lit du lac appartient à Québec et le pourtour, la terre ferme, appartient à la Municipalité. « On se l’arrache à trois », décrit Normand Dupont de Saint-Hippolyte.

La majorité des plans d'eau appartiennent au patrimoine collectif et l'État en est le gardien, affirme Antoine Verville, du Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ). Autrement dit : « Les cours d'eau appartiennent à tout le monde et à personne, donc on peut y accéder. »

« Par contre, les propriétés riveraines sont de droit individuel », poursuit Antoine Verville. Donc, dans les endroits de villégiature, il est à peu près impossible d’accéder au lac, parce que toutes les propriétés qui l’entourent sont privées. »

Quelqu’un qui arriverait en hélicoptère pourrait s’installer sur le lac et en bénéficier. Mais on ne peut pas traverser de propriété privée pour s’y rendre.

Antoine Verville, Regroupement des organismes de bassins versants du Québec

L'arrivée impromptue d'un hydravion ou d'un hélicoptère au-dessus d'un lac n'est pas improbable : « On a déjà vécu ça », affirme Normand Dupont, de Saint-Hippolyte. Du haut des airs, l'appareil tournoie avec insistance pour signifier aux canoteurs qu'il veut se poser. « Notre travail est de maintenir une certaine forme d’équité là-dedans », dit le DG de la Municipalité.

Quand on demande à Antoine Verville s'il y a de moins en moins d'accès publics aux plans d'eau au Québec, il rétorque qu'« en fait, il n'y en a jamais eu beaucoup ».

Succession de quais avec embarcations amarrées sur le lac de l'Achigan Certaines municipalités du Québec facturent jusqu'à 500 $ par jour aux plaisanciers qui ne sont ni locataires ni propriétaires sur leur territoire. Photo : Radio-Canada / Anne Marie Lecomte

Le ROBVQ recommande aux municipalités de réserver à la population au moins un accès aux plans d'eau. Dans les régions de villégiature, l'urbanisation a raréfié ces précieux accès. Restent les zones moins développées, où les promoteurs ne se sont pas encore accaparé l'entièreté des berges. L'accès public, « il faut que les municipalités y réfléchissent », insiste Antoine Verville.

Un ministre et des pêcheurs en colère

Le 17 avril dernier, Luc Blanchette, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, avait déclaré durant la période de questions à l'Assemblée nationale que les plans d'eau étaient « disponibles » et que l'industrie « fonctionnait bien ». Puis, en mai, M. Blanchette avait créé un tollé en disant que ceux qui s'adonnent à la pêche sportive « de luxe » dans le Grand Nord ne sont pas « une clientèle de Walmart ». « Un exemple maladroit », avait-il reconnu ensuite, selon ce qu'avait rapporté le Journal de Montréal.

Ces deux déclarations du ministre ont soulevé l'ire des amateurs de nautisme. Et selon Alain Roy, de l'AMQ, « les libéraux n’ont jamais eu à cœur [de régler] ce problème-là ».

En réponse à cette critique, Luc Blanchette a affirmé à Radio-Canada qu'il reconnaissait que certaines tarifications pour l'utilisation des rampes de mise à l'eau « sont complètement abusives ». Le ministre fait valoir que le gouvernement s'active depuis 2016 à « favoriser l’accès aux différents plans d’eau », notamment en aidant financièrement les municipalités dans ce domaine.

Toutefois, ces initiatives sont trop timides aux yeux des pêcheurs sportifs et de l'AMQ, qui soupèsent les promesses des autres partis politiques en la matière, à un mois du scrutin.

En point de presse aux îles de la Madeleine, lundi, le chef du Parti libéral, Philippe Couillard, a reconnu l'existence de ces tarifications « abusives ». « Ce qu'on a fait, c'est qu'on a mis à leur disposition un programme de modernisation de leurs installations de mise à l’eau, en échange d’un engagement de leur part d’être raisonnables sur les tarifs », a-t-il affirmé, ajoutant que le gouvernement avait aussi établi un plan de lutte contre les espèces envahissantes.

« J'ai pour toi un lac quelque part au monde » - Gilles Vigneault

Paysage de bord de lac avec, à l'avant-plan, des pots remplis de fleurs, puis une plage et des quais avec des embarcations amarréesÀ Saint-Hippolyte comme ailleurs, certaines propriétés riveraines donneraient lieu à d'âpres disputes et à toutes sortes de tractations. Photo : Radio-Canada / Anne Marie Lecomte

De retour à Saint-Hippolyte, pour conclure.

En face de la plage municipale, de l'autre côté du lac de l'Achigan, se niche une autre étendue de sable fin si calme et si invitante qu'il est stupéfiant d'apprendre qu'on la surnomme « la plage de l'enfer ».

C'est que le propriétaire de cette plage, qui vit dans une autre province, facturerait à une demi-douzaine de ses voisins 450 $ par année pour qu'ils puissent fouler la grève et ainsi accéder à une succession de quais s'avançant, bout à bout, dans le lac. Pour chaque embarcation amarrée, ce propriétaire réclamerait à ses voisins 100 $ du pied carré, et ce, même si lesdits quais ne lui appartiennent pas, dit-on. Les voisins (qui n'ont d'autre accès au lac) paient, apparemment. Non sans grincement de dents...

La situation est particulièrement intenable pour le propriétaire dont le terrain donne directement sur cette plage infernale. Ce dernier refuse d'être identifié « parce que c'est déjà assez de trouble de même ». Son chalet, modeste, confortable, appartenait à son père.

« C'est mon bateau et mon quai », dit-il en désignant du doigt une petite embarcation recouverte d'une toile. Mais ce n'est pas sa plage et, bien qu'il soit Hippolytois depuis l'enfance, ce n'est pas vraiment « son » lac.

Sports et loisirs

Société