•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Diane Landry remporte le Prix du récit Radio-Canada 2018

Autoportrait de l'auteure Diane Landry
L'auteure Diane Landry Photo: D. L.
Radio-Canada

Diane Landry (Nouvelle fenêtre) est la lauréate du Prix du récit Radio-Canada 2018 pour son récit Adieu chacal. Le jury, composé de Marc Séguin, de Noémi Mercier et de Georgette LeBlanc, a choisi à l'unanimité de récompenser cette voix « forte, touchante et sobre ».

Du journal au récit

Véritable boulimique de lecture jusqu'à l'adolescence, Diane Landry s'est mise très jeune à l'écriture, d'abord par le biais d'un journal intime (le premier lui avait été offert par son grand-père pour ses 8 ans), puis en livrant ses impressions dans un journal à chacun de ses voyages.

Mais c'est en 2004, après une rupture amoureuse difficile, qu'elle a commencé à écrire « sérieusement ». D'abord de la poésie, puis progressivement en explorant d'autres styles : elle aime les jeux de mots en finesse, les chutes surprenantes, l'absurde, et ses textes sont souvent empreints d'humour.

J'ai longtemps écrit de 12 h à 13 h, sur mon heure de lunch au travail (!), avec comme point de départ un seul mot, une expression. Je laissais ensuite filer mes doigts sur le clavier, de façon très spontanée. Le résultat final était parfois à des années-lumière de l'intention originelle, et c'était très bien ainsi! Je retravaillais ensuite mes textes le lendemain, le surlendemain et ainsi de suite, jusqu'à être satisfaite (mais l'est-on vraiment jamais?).

Diane Landry

Cette année, la Lavalloise a pris sa retraite après une longue carrière comme ingénieure civile en environnement et a donc plus de temps à consacrer à l'écriture (elle est administratrice de la Société littéraire de Laval depuis août 2012 et codirectrice littéraire de la revue Entrevous), mais aussi à ses autres passions, la photographie, la randonnée et le bridge.

Écrire pour guérir une blessure d'amour

La tranche de vie racontée dans Adieu chacal est autobiographique. Dans son récit, Diane Landry décrit la réalité de sa relation amoureuse avec R. entre 2005 et 2009. Une histoire qu'elle a commencé à écrire peu après leur rupture et qu'elle a peaufinée ensuite pendant des années.

Il s'agissait pour elle d'un chemin obligé pour guérir sa « blessure d'amour ».

J'ai toujours cru en ce texte, je le voulais ''parfait'', pour me rendre justice; il a une grande valeur symbolique à mes yeux.

Diane Landry

Adieu chacal, c'est l’histoire à la fois ludique et réaliste d’une relation amoureuse, à travers les faits du quotidien relatés sous forme de tableaux regroupés par thèmes.

L’HOMME
R. aimait mordre. Il venait d’une région sauvage cernée de loups et de bleuets. Et de forêts d’épinettes en bois brut. R. n’était pas homme de compromis. Ni homme de compagnie. C’était un très beau chacal.

LE DÉMÉNAGEMENT
Il avait mis sa robe de chambre vert forêt sur un crochet, sa sorbetière dans l’armoire et ses savates en cuir sous mon lit. Voilà. C’était fait. R. vivait de peu.

Extrait de « Adieu chacal », de Diane Landry

Une bourse de 6000 $ et un séjour d'écriture à Banff

Pour le jury, Adieu chacal est « un récit de rages et de douceurs qui réussit à nous bouleverser et à raconter une histoire de fin amoureuse avec des images simples et puissantes ».

Nous avons fait ce choix audacieux pour marquer la force et la justesse de ces mots, dans la forme comme dans le contenu, d’une écriture puissante, qui à la fois effleure et transperce les sentiments humains, racontés par une voix forte, touchante et sobre.

Le jury du Prix du récit Radio-Canada 2018 : Marc Séguin, Noémi Mercier et Georgette LeBlanc

À titre de lauréate du Prix du récit Radio-Canada 2018, Diane Landry recevra une bourse de 6000 $, offerte par le Conseil des arts du Canada. Elle profitera également d'une résidence d'écriture au Banff Centre des arts et de la créativité, en Alberta, où elle compte travailler sur plusieurs projets : un recueil de poésie, un ensemble de récits sur un univers qu'elle connaît bien, le monde des bridgeurs, et aussi un livre jeunesse (mais qui s'adresse aux adultes!).

Les quatre finalistes du Prix du récit Radio-Canada 2018 recevront, quant à eux, chacun 1000 $, offerts par le Conseil des arts du Canada. Voici ces finalistes :

Quant à la lauréate de langue anglaise (CBC Short Story Prize), il s'agit de Sandra Murdock. On peut lire son texte Easy Family Dinners sur le site de CBC Books (Nouvelle fenêtre).

Véritable tremplin pour les écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada sont ouverts à tous, amateurs ou professionnels. Ils récompensent chaque année les meilleurs récits (histoires vécues), nouvelles et poèmes inédits soumis au concours.
Vous aussi, vous écrivez?
Participez à l'un de nos prix!



Livres

Arts