•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PQ exclut un candidat qui a publié des messages islamophobes

Plan rapproché de M. Lisée.
Jean-François Lisée s'est dit « en désaccord fondamental » avec certains des écrits de Pierre Marcotte. Photo: Radio-Canada / Bruno Giguère
Radio-Canada

Le Parti québécois a exclu Pierre Marcotte, qui devait le représenter dans la circonscription de Drummond–Bois-Francs, dans le Centre-du-Québec, mais dont les écrits islamophobes ont rebondi mercredi matin. Le chef péquiste Jean-François Lisée en a fait l'annonce en reconnaissant que l'affaire l'avait rendu « de très mauvaise humeur ».

Le leader péquiste a dit avoir ressenti du « dégoût » en prenant connaissance de certains messages que M. Marcotte a publiés au fil des derniers mois, dont le personnel du PQ avait négligé de prendre connaissance.

« Ce monsieur n’est pas candidat du Parti québécois, il ne représente pas les valeurs du Parti québécois », a-t-il tranché.

Nous sommes en désaccord fondamental avec certaines de ses opinions, de ses écrits. Nous considérons que l'islam est une religion aussi respectable que les autres.

Jean-François Lisée, chef du PQ

« C’est la radicalité d’une frange religieuse qui pose problème, ce n’est pas la religion elle-même, a-t-il précisé. On a toujours été extrêmement clairs là-dessus. Nous ne voulons pas qu’il y ait un candidat du Parti québécois qui ait une autre opinion que celle que je viens d’exprimer et que nous partageons tous. »

M. Lisée a rappelé que sa formation avait adopté en congrès, en septembre 2017, une position « équilibrée » et « constructive » sur les questions religieuses. « J'en suis très fier », a-t-il dit.

Notant « la rapidité avec laquelle s’est faite l’investiture dans Drummond », le chef péquiste a raconté que la candidate qui y était pressentie s'était retirée il y a environ une semaine. Pierre Marcotte, qui avait déposé son bulletin de candidature à la date limite, était effectivement sur la liste des candidats potentiels.

Le bureau du Parti québécois de Drummond–Bois-Francs ne s'était pas encore réuni pour confirmer officiellement son choix, mais l'association locale avait néanmoins annoncé sur Facebook qu'il serait présenté comme candidat mercredi soir.

Il semble qu'il avait aussi déjà pris la photo qui devait orner ses affiches électorales.

M. Lisée a expliqué que l'équipe du PQ aurait dû passer au peigne fin les comptes de M. Marcotte sur les réseaux sociaux. « C’est une vérification qui est obligatoire, à laquelle on tient », a-t-il dit.

J’ai reçu les excuses du directeur général du parti ce matin. Il y a quelqu'un qui n'a pas fait son travail au cours des six derniers jours.

Jean-François Lisée, chef du PQ

Des messages islamophobes

Le blogue xaviercamus.com, qui avait aussi contribué au retrait de l'ex-candidate péquiste Muguette Paillé, a présenté plusieurs captures d'écran de messages islamophobes rédigés par Pierre Marcotte.

M. Marcotte a rendu indisponible sa page Facebook peu après midi mercredi.

Selon ces captures d'écran, en 2015, il demandait d'interdire l'islam « comme les pitbulls et les carabines tronçonnées » et il recommandait également d'obliger les nouveaux arrivants « à manger quelques bonnes tranches de bacon avant de les laisser entrer ».

En novembre 2017, il comparait les musulmans à des « bêtes ».

En avril dernier, il écrivait que Québec solidaire « était infiltré par des islamistes ».

Il a aussi comparé la burqa à un « accoutrement digne de films d'horreur ».

Pierre Marcotte avait également appuyé le groupe La Meute dans quelques publications.

En mai dernier, Muguette Paillé avait dû retirer sa candidature pour le PQ de la circonscription de Maskinongé. Le même blogue avait rapporté que la militante avait formulé des déclarations agressives sur des forums de discussion xénophobes.

Jean-François Lisée a ainsi convenu mercredi que c’était une deuxième erreur du même genre en quelques mois pour le PQ. « C’est ce qui explique pourquoi je suis de très mauvaise humeur. »

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique