•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

SLAV et Kanata : Michel Tremblay, inquiet de la « censure » au théâtre

Michel Tremblay regarde l'animatrice Anne-Marie Dussault
Michel Tremblay, en 2017 Photo: Radio-Canada / capture d'écran de l'émission
La Presse canadienne

L'auteur et dramaturge Michel Tremblay avoue être inquiet à la suite des récentes controverses qui ont mené à l'annulation de deux spectacles impliquant le créateur Robert Lepage – SLAV et Kanata. Selon lui, on assiste carrément à de la censure.

Rencontré mardi soir à Montréal pour les célébrations du 50e anniversaire de sa pièce de théâtre Les belles-sœurs, Michel Tremblay dit s'inquiéter de cette rectitude politique.

« J'ai lu un texte de Tomson Highway, un auteur autochtone de Colombie-Britannique à qui on a [parlé des récentes annulations]. Il disait : "Un metteur en scène a le droit de monter ce qu'il veut avec qui il veut. C'est un créateur, un point c'est tout" », a commenté celui dont l'œuvre a été traduite dans des dizaines de langues.

« Je trouve que c'est une réponse extraordinaire », a-t-il ajouté.

Le dramaturge cri Tomson Highway défend depuis longtemps la liberté de création, principalement au sein des artistes issus des Premières Nations. Il prône depuis longtemps l'abolition de la rectitude politique, qui empêche l'art d'être totalement libre.

Michel Tremblay n'en revient pas que des créateurs de la trempe de Robert Lepage et d'Ariane Mnouchkine soient muselés.

« Robert Lepage et Ariane Mnouchkine sont parmi les plus grands metteurs en scène au monde. Qu'on discute de leurs choix ainsi, c'est de la censure », tranche l'homme qui compte 50 ans de carrière et des dizaines de pièces à son répertoire.

Arts de la scène

Arts