•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Vérif : Avant les coupes, François Legault devrait recruter des fonctionnaires

Plan moyen de M. Legault.

François Legault

Photo : Radio-Canada / Mathieu Potvin

Radio-Canada

Le chef de la Coalition avenir Québec promet de supprimer 5000 postes de fonctionnaires qu'il juge inutiles, sans réduire la qualité des services aux citoyens. Le problème, c'est que plusieurs ministères sont plutôt confrontés à un manque de fonctionnaires pour assurer les services.

Un texte de Thomas Gerbet (Nouvelle fenêtre), avec Nathalie Lemieux (Nouvelle fenêtre) et Vincent Maisonneuve (Nouvelle fenêtre)

François Legault veut « réduire la bureaucratie » pour « enfin agir pour lutter contre le gaspillage ».

Le plan de la CAQ, c'est d'éliminer 5000 postes administratifs par attrition d'ici 2022, en profitant du départ à la retraite de 36 000 baby-boomers. Un retraité sur sept ne serait donc pas remplacé.

Vérification faite auprès du parti, ces postes administratifs seraient éliminés dans l'ensemble des sociétés et ministères du gouvernement, y compris les réseaux de l'éducation et de la santé.

Ce que François Legault ne dit pas, c'est que son principal défi ne sera pas de couper des postes, mais plutôt de les combler. Dans la fonction publique uniquement, 15 000 employés réguliers devront être embauchés dans les cinq prochaines années. Cette évaluation a été réalisée par le Secrétariat du Conseil du Trésor.

Ces chiffres illustrent l'important manque de travailleurs qui touche les cubicules des ministères.

Pénurie de secrétaires

Le manque d'adjointes administratives est tellement criant dans les ministères que le gouvernement a tenu un premier salon spécial de recrutement cette année.

Des dizaines de postes sont à pourvoir. 

Le Québec peine à garder ses fonctionnaires

La tour coiffée du drapeau du Québec est vue à travers des arbres.

La tour centrale de l'Assemblée nationale, à Québec.

Photo : Reuters / Yves Herman

La fonction publique québécoise manque d'employés dans plusieurs corps de métiers en raison des conditions de travail plus avantageuses ailleurs.

Les fonctionnaires québécois gagnent en moyenne 20,4 % de moins que ceux du fédéral et 39,7 % de moins que ceux des municipalités.

La CAQ affirme pour sa part que les postes dans la fonction publique demeurent « populaires » et elle promet d'augmenter la rémunération de certains postes pour attirer des candidats de qualité.

Recrutement difficile malgré la volonté

En plus de réduire l'effectif dans l'administration, François Legault aimerait « rétablir l'expertise à l'interne » en recrutant des informaticiens. Mais ce ne sera pas facile.

En 2016, il y avait plus de 700 postes vacants en informatique, selon les données du Conseil du Trésor. Il n'y a tout simplement pas assez de candidatures par rapport au nombre de postes ouverts.

Le chef de la CAQ veut aussi recruter plus d'ingénieurs. Il souhaite également que la surveillance des chantiers ne soit plus confiée au privé, une recommandation de la commission Charbonneau.

Le gouvernement libéral a essayé, sans succès. En 2016, 62 % de la surveillance des travaux était encore assurée à l'externe.

Essayer de réduire l'effectif, sans y parvenir

Le gouvernement de Philippe Couillard avait lui aussi promis des compressions dans la fonction publique, lors de la campagne électorale de 2014, mais il n'y est pas toujours parvenu, tellement les besoins en personnel étaient importants.

Par exemple, les libéraux avaient promis de supprimer 500 postes de fonctionnaires sur cinq ans au siège administratif du ministère de l'Éducation, à Québec. Finalement, seuls 214 postes ont été abolis par attrition après quatre ans. Et la dernière année du mandat libéral, le gouvernement a même embauché 35 fonctionnaires au même ministère.

Quant à l'abolition des directions régionales (120 postes), elle n'a pas généré les économies envisagées.

Diminuer les effectifs peut finir par coûter plus cher

François Legault pense réaliser des économies de 380 millions de dollars sur quatre ans avec ces postes supprimés. Mais si l'histoire est garante du futur, les gains pourraient ne pas être aussi évidents.

En mars 2010, la présidente du Conseil du Trésor Monique Gagnon-Tremblay écrivait dans son Plan d’action, au sujet de la réduction et du contrôle des dépenses 2010-2014, que :

« Les résultats récents démontrent qu’il devient de plus en plus difficile d’appliquer le plan de réduction de l’effectif et que l’approche appliquée depuis six ans a atteint ses limites. Les économies découlant de la réduction de l’effectif peuvent, dans certains cas, être réduites, voire plus que compensées, par l’octroi de contrats professionnels plus coûteux donnés à l’externe. »

François Legault, lui-même, a revu ses objectifs à la baisse. Lors de la campagne de 2014, il proposait de supprimer 20 000 postes de fonctionnaires, soit quatre fois plus que sa nouvelle promesse.

Toujours lors de la campagne électorale de 2014, le chef de la CAQ avait déclaré qu'il fallait agir tout de suite pour « dégraisser l'État », car « dans 5 ou 10 ans, ça ferait beaucoup plus mal ». L'an prochain, ça fera cinq ans.

Épreuves des faits

Politique provinciale

Politique