•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ancienne-Lorette : le maire Loranger a prêté 55 000 $ au député Éric Caire

Émile Loranger a assisté pour une rare fois à une séance du conseil d'agglomération de Québec.

Le maire de L’Ancienne-Lorette, Émile Loranger (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger, a prêté à titre personnel 55 000 $ au député de La Peltrie Éric Caire.

Il y a un peu plus d'un an, Émile Loranger a prêté cette somme au député de la Coalition avenir Québec, Éric Caire, et à son ex-chef de cabinet, Marie-Ève Lemay. Cette dernière est aussi l'ex-conjointe d'Éric Caire.

Émile Loranger a admis au Journal de Québec que son prêt effectué pour permettre au couple de s'acheter une propriété à L'Ancienne-Lorette pouvait laisser planer une apparence de conflit d'intérêts.

Il n'avait pas pensé aux questions que pourrait soulever un prêt consenti par le maire d'une municipalité qui se trouve dans la circonscription du député qui reçoit l'argent, a-t-il affirmé.

Le prêt de 55 000 $ a été remboursé depuis, mais il figure à la déclaration d'intérêts pécuniaires du maire qui a été déposée mardi soir au conseil municipal.

La Coalition avenir Québec réagit au projet de transport structurant de la Ville de QuébecAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Coalition avenir Québec réagit au projet de transport structurant de la Ville de Québec

Photo : Radio-Canada

Largué par 4 conseillers

Le maire de L'Ancienne-Lorette Émile Loranger est par ailleurs de plus en plus isolé au conseil municipal : quatre conseillers de son équipe siégeront désormais comme indépendants.

Les conseillers en ont fait l'annonce lors d'une séance du conseil municipal mardi soir où le maire brillait par son absence.

Émile Loranger s'est temporairement retiré de ses fonctions politiques en raison d'une plainte de harcèlement psychologique déposée contre lui par une employée municipale.

« Personnellement, je vais siéger comme indépendante jusqu'à la fin de mon mandat », a déclaré la mairesse suppléante Sylvie Falardeau, en réponse à un citoyen qui lui demandait ce qu'elle ferait si le maire revenait au conseil.

Mme Falardeau, qui considère le prêt de « questionnable », siège au côté d'Émile Loranger depuis plus de 30 ans au conseil municipal. Pas question pour elle d'abandonner son allié politique de longue date, mais dans les circonstances dit-elle, devenir indépendante était la seule solution.

« Dans les dossiers actuels, c'est préférable pour tout le monde. J'ai avisé M. Loranger de ça. Ce n'est pas fait en cachette. Je lui ai dit et il a compris c'est sûr », explique Sylvie Falardeau.

Le groupe d'indépendants comprend également Josée Ossio, Sylvie Papillon et André Laliberté. Les conseillers Gaétan Pageau et Charles Guérard avaient pour leur part gagné leur poste contre des candidats de l'équipe du maire lors des élections municipales de 2017.

Mercredi matin, à l'émission Première heure, Mme Falardeau a indiqué que le prêt consenti à Éric Caire et son ex-conjointe n'était pas la raison pour laquelle elle a choisi de siéger comme indépendante. Elle soutient que le maire a agi « de bonne foi ».

« On a fait le dépôt de ça hier parce que la loi dit que lorsque tes intérêts pécuniers changent, il faut le déclarer », ajoute Mme Falardeau. Elle ne croit pas que M. Loranger ait mis trop de temps à déclarer ce prêt.

Plainte pour harcèlement

En date du 31 juillet, la plainte pour harcèlement déposée contre le maire avait coûté 27 000 $ en frais d'avocats à la Ville de L'Ancienne-Lorette.

La mairesse suppléante indique que les deux parties ont accepté de s'asseoir en médiation pour tenter de régler le conflit. En cas d'échec, la cause devrait être entendue par le Tribunal administratif du travail le 9 novembre.

« On peut régler en médiation et on n'aura pas besoin de se rendre au tribunal du travail, avance Sylvie Falardeau. Ce serait ce qui serait le mieux pour tout le monde, mais on est en attente. »

La dernière présence d'Émile Loranger à un conseil municipal éclair remonte au 18 juillet pour éviter une destitution.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique municipale