•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Algérie : près de 60 cas de choléra confirmés, dont 11 à Alger

Un homme couché se tient le ventre et semble avoir mal.
Il n'y avait pas eu de cas de choléra en Algérie depuis 22 ans. Photo: iStock
Agence France-Presse

Le choléra, réapparu en Algérie au début d'août pour la première fois depuis 22 ans, touche désormais près de 60 personnes dans cinq régions du pays, dont 11 dans la capitale, a annoncé mardi le ministère de la Santé.

« À la date du 27 août 2018, 59 cas de choléra ont été confirmés et 26 autres [se sont révélés] négatifs parmi les 172 [personnes] hospitalisées depuis le 7 août 2018 », selon le communiqué paru mardi.

Le ministère indique que 66 personnes ont pu sortir de l'hôpital.

L'actuel épisode de choléra a tué deux personnes hospitalisées à l'hôpital de Boufarik dans la wilaya (préfecture) de Blida (environ 50 km au sud d'Alger), principal foyer de l'épidémie avec 30 cas confirmés.

Une personne souffrant de diarrhées aiguës est en outre décédée mardi au même hôpital, mais les analyses sont en cours pour vérifier la présence ou non du vibrion du choléra dans son organisme, a indiqué à l'AFP le directeur de l'établissement, Reda Daghbouche.

Cette femme de 46 ans souffrait, outre de symptômes proches du choléra, de plusieurs pathologies, notamment d'une maladie cardiaque, a-t-il ajouté.

Dans la wilaya de Tipaza (70 km à l'ouest d'Alger), où les autorités ont condamné une source contaminée par le vibrion du choléra, 14 cas sont désormais recensés. À Alger, les analyses ont confirmé le diagnostic du choléra chez 11 malades.

Dans la préfecture de Bouira (une centaine de kilomètres au sud-est d'Alger), aucun cas supplémentaire n'a été recensé depuis les trois premiers malades détectés au début d'août, et un seul cas reste confirmé dans celle de Médéa (80 km au sud-est d'Alger).

Le ministère de la Santé a par ailleurs démenti les propos prêtés à son ministre, Mokhtar Hasbellaoui qui, selon certains médias locaux, dont l'agence de presse d'État APS, avait affirmé dimanche à des journalistes que l'épidémie serait « éradiquée dans les trois jours ».

Aucun cas de choléra n'avait été détecté en Algérie depuis 1996, tandis que la dernière épidémie d'ampleur remonte à 1986.

Afrique

International