•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démission du président de la CAQ : « Je ne suis pas allé en politique pour me cacher »

Stéphane Le Bouyonnec.

Stéphane Le Bouyonnec avait été associé, dans un article, à une entreprise de prêts privés à très hauts taux d'intérêt ayant des activités à l'extérieur du Québec.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Stéphane Le Bouyonnec, le président de la Coalition avenir Québec et candidat dans la circonscription de La Prairie, jette l'éponge et démissionne, estimant qu'il lui est impossible, dans le contexte de la campagne électorale, de laver sa réputation entachée par la publication d'informations sur son association à une entreprise faisant des prêts à taux d'intérêt élevés.

Un texte de Sébastien Bovet, chef du Bureau parlementaire à l’Assemblée nationale, avec la collaboration de Julie Marceau et Marc-Antoine Ménard

M. Le Bouyonnec avait annoncé en juin dernier qu'il quittait le conseil d'administration de la firme informatique Techbanx, dont les produits, des algorithmes permettant d'évaluer le crédit, sont notamment utilisés par l'entreprise iCash, qui opère légalement dans six provinces canadiennes, mais pas au Québec, où la loi interdit de prêter de l’argent à un taux d’intérêt supérieur à 35 %.

« Je n’ai commis aucune erreur éthique, morale ou légale », affirme M. Le Bouyonnec en entrevue à Radio-Canada. Il admet toutefois que son étoile avait pâli après ces révélations et qu’on lui demandait de rester tranquille, mais qu’il était en politique pour « jouer un rôle important ».

De toute évidence, il aurait souhaité être ministre dans un éventuel gouvernement de la CAQ. Une source du parti laisse entendre qu’au début de l’été, M. Le Bouyonnec s’est informé de ses chances de devenir ministre et que François Legault ou ses proches collaborateurs lui auraient dit qu’ils ne pouvaient pas lui garantir un tel poste.

Stéphane Le Bouyonnec dit comprendre la décision du chef de la CAQ. « C’est à lui de décider comment il forme son Conseil des ministres », ajoute-t-il.

M. Le Bouyonnec aurait aimé « que le plan de communication du parti rectifie les faits [à son sujet] ». À l’époque, François Legault avait dit que M. Le Bouyonnec avait commis une erreur en s’associant à cette entreprise de prêts.

Ce n’était plus possible de faire les nuances, selon lui, dans le contexte électoral. Il craignait de devenir une distraction pour la CAQ.

Je ne suis pas allé en politique pour me cacher.

Stéphane Le Bouyonnec, président démissionnaire de la CAQ

« Il a fait une erreur, il a reconnu qu’il a fait une erreur, j’ai voulu lui donner une deuxième chance, mais lui préfère se retirer », a déclaré François Legault en point de presse, mardi en fin d'après-midi.

« Ce ne sont pas des prêts qui ont été faits au Québec. Ce sont des prêts de petits montants d’argent. C’était une erreur. Il l’a reconnu. Il s’est retiré », a ajouté le chef caquiste.

C’est un moment difficile; Stéphane, je le connais depuis les débuts de la CAQ.

François Legault, chef de la CAQ

« C’est vraiment lui qui a pris cette décision. Il me l’a annoncée hier soir, a précisé M. Legault. Je trouve cela triste, mais en même temps je le comprends. Ce n’est pas facile pour sa famille. »

Le poids des étiquettes

Stéphane Le Bouyonnec affirme que c’est le poids des étiquettes de prêteur usuraire ou de « shylock » qui a le plus pesé dans sa décision de se retirer. Ce qualificatif revenait encore dans certains commentaires aperçus en ligne mardi soir.

« Ce qui m’importe, c’est de rétablir ma réputation. Un jour, la vérité va reprendre ses droits », dit-il à Radio-Canada.

En attendant, M. Le Bouyonnec appréhendait la diffusion sur les réseaux sociaux d’une publicité négative du Parti libéral à son endroit. Des sources confirment l’existence de cette publicité, en minimisant toutefois sa portée.

Dans les coulisses du parti, on assure que cette décision est entièrement celle de Stéphane Le Bouyonnec, qui en avait assez de « subir de la pression » et la ressentait encore plus depuis l’ouverture officielle de son local électoral, la fin de semaine dernière.

Quelques minutes avant la conférence de presse du chef, certains membres du parti n’étaient pas encore au courant de la démission du président de la CAQ et du retrait de sa candidature.

« Ça ne va pas avec M. Le Bouyonnec? » a demandé le candidat caquiste dans La Peltrie, Éric Caire. Mis au courant de la nouvelle, le député sortant est resté très surpris.

« Ça fait 15 ans que je le connais. Oui, je comprends l’épisode dont on a eu vent au printemps, je trouve ça triste, mais je respecte sa décision », a indiqué M. Caire. « Moi, je n’en entendais pas parler, personne ne me parlait, autant sur le terrain, dans les médias, que dans l’espace public. »

Un boulet pour le parti?

« Je ne vois pas en quoi c’était un boulet. Je pense que les épisodes avec Mme [Gertrude] Bourdon [candidate libérale dans Jean-Lesage] et M. [François] Ouimet [député libéral sortant écarté au profit de la candidature de l’ex-hockeyeur Enrico Ciccone] ont fait pas mal plus de bruit », soutient Éric Caire.

« À partir du moment où c’est lui-même qui a pris cette décision, ça ne peut pas être une mauvaise chose, il faut qu’il soit heureux avec lui-même et les raisons pour lesquelles il a pu se sentir comme ça lui appartiennent », a affirmé Mario Asselin, candidat dans Vanier-Les Rivières et vice-président du parti pour la région Est-du-Québec.

« S’il a jugé qu’il portait ombrage à la campagne, c’est sa décision et c’est encore la preuve que c’est un homme qui pense aux autres », a-t-il ajouté.

« C’est un homme qui a donné beaucoup pour notre parti, je tiens à lui rendre hommage aujourd’hui pour ce qu’il a fait à l’époque et dans les dernières semaines », a pour sa part souligné le candidat dans Chauveau, Sylvain Lévesque.

François Legault affirme que des personnes s'étaient déjà montrées intéressées à porter les couleurs de la CAQ dans La Prairie. Une nouvelle candidature sera annoncée dès que possible.

Couillard muet, Lisée satisfait

Appelé à commenter la situation, le chef du Parti libéral, Philippe Couillard, a simplement indiqué qu'il ne commentait jamais « les affaires internes des autres partis ».

Pour sa part, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, salue la décision de Stéphane Le Bouyonnec. « Ah oui, nous on a demandé qu’il parte depuis le début, absolument. Quelqu’un qui charge 91 % d’intérêt, ce n’est pas quelqu’un qui a un jugement, ce n’est pas quelqu’un qui est suffisamment proche des consommateurs et de leurs besoin pour représenter les gens de La Prairie. »

M. Lisée soutient que son adversaire François Legault semble appliquer la règle de tolérance zéro de façon discutable. « Il nous avait dit que c’était tolérance zéro pour les problèmes éthiques. On peut débattre. "Une deuxième chance, etc." Moi, je suis ouvert à ces discussions-là. Mais c’est clair que ce n’était pas tolérance zéro. C’était un peu de tolérance », a-t-il affirmé.

Politique provinciale

Politique