•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet minier O'Brien de Ressources Radisson met le cap sur le printemps 2019

Garnotte en or.

Une pépite d'or (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Ressources minières Radisson vient d'obtenir un placement privé de 1,41 million de dollars qui lui permettra de réaliser de nouvelles étapes vers la concrétisation de son projet d'exploitation du gisement de l'ancienne mine d'or O'Brien.

Un texte de Lise Millette

Le projet de 13 km carrés est situé sur la faille de Cadillac, à mi-chemin entre Rouyn-Noranda et Val-d'Or.

Depuis le dépôt de l'étude économique préliminaire, plusieurs travaux ont été réalisés, comme l'explique le président de Ressources minières Radisson, Mario Bouchard.

Depuis 2016, on a fait environ 45 000 mètres de forage pour augmenter la ressource. L'espérance de vie de la mine est de huit à neuf ans. On a réussi à augmenter la ressource, à avoir une bonne continuité dans le gisement, le forage a été très positif, indique-t-il.

Le projet de mine souterraine prévoit faire usiner le minerai à forfait auprès de compagnies qui possèdent des installations.

Ressources minières Radisson a obtenu du financement d'un investisseur européen, qui a acheté une tranche de cinq millions d'actions de catégorie A. Cela permettra à l'équipe de réaliser des travaux d'ingénierie et des tests de métallurgie.

Objectif printemps 2019

Si tout va bien, on pourrait entamer le projet de rampe au printemps prochain et commencer à percer. Évidemment, il faut avoir les permis nécessaires. L'étape d'ingénierie servira à ça, entre autres, à ramasser d'autres données pour avoir toutes les informations nécessaires pour faire des demandes de permis, ajoute M. Bouchard.

Pour lancer le Projet O'Brien, Ressources minières Radisson doit d'abord obtenir de nouveaux permis.

Puisqu'il s'agit d'une ancienne mine, il y a du pompage à faire. Il faut donc démontrer notre méthode de pompage et traitement de l'eau, complète le président.

Des permis d'environnement et d'échantillonnage en vrac sont aussi requis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Métaux et minerais