•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La seule députée NPD de l’Alberta aux Communes ne se représentera pas

Portrait de la députée néo-démocrate Linda Duncan à son bureau de circonscription.

La députée Linda Duncan a passé dix ans à la Chambre des Communes.

Photo : Radio-Canada / Richard Marion

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La députée néo-démocrate Linda Duncan, un temps seule élue de l'Alberta à la Chambre des Communes à ne pas être conservatrice, n'est pas candidate à sa réélection aux prochaines élections fédérales prévues à l'automne 2019.

« Je vais avoir 70 ans aux prochaines élections, a expliqué l’élue depuis son bureau de circonscription. Ça fera une décennie que je représente Edmonton-Strathcona et même onze ans si l’élection a lieu dans un an. Je trouve que c’est assez long. »

Linda Duncan assure qu’elle ressent la fatigue des déplacements hebdomadaires entre Edmonton et Ottawa et qu’elle veut pouvoir passer plus de temps avec sa famille et ses amis.

Elle compte rester active dans la défense de l’environnement et des autres causes qui lui tiennent à coeur, mais n’a pas voulu préciser comment.

Je voudrais avoir un chien. Ça n'est pas possible d'en avoir un pendant que vous êtes député.

Linda Duncan, députée fédérale d’Edmonton-Strathcona

Linda Duncan a été élue pour la première fois en 2008 en battant le conservateur Rahim Jaffer. Elle était alors la seule députée de l’Alberta à ne pas porter l’étiquette conservatrice. Elle a été réélue en 2011 et 2015.

Avocate et environnementaliste

Avant d’entrer en politique, elle a pratiqué comme avocate spécialisée dans l’environnement, y compris sur la scène internationale, et a notamment fondé le Centre juridique environnemental de l’Alberta. La défense de l’environnement est restée au centre de son action comme députée.

Linda Duncan affirme que son départ n’a rien à voir avec l’arrivée à la tête du parti du chef Jagmeet Singh l’an dernier, ni avec la division au sein des néo-démocrates au sujet de l’attitude à adopter face au projet d’expansion du pipeline Trans Mountain.

Elle est opposée à ce projet, contrairement aux néo-démocrates provinciaux au pouvoir en Alberta.

« Il y a plein de gens qui se battent pour le pipeline, y compris un gouvernement provincial fort en Alberta. Mon travail est de demander des comptes au gouvernement fédéral et ils ont renoncé à avoir un processus d’approbation équitable », juge-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !