•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La taxe carbone, cheval de bataille de Blaine Higgs

Blaine Higgs donne une conférence de presse.
Le chef du Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, s'oppose fermement à toute tarification du carbone. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les progressistes-conservateurs de Blaine Higgs tentent de faire de la taxe carbone un enjeu électoral au Nouveau-Brunswick en martelant leur opposition et en attaquant le chef libéral sur le sujet.

Un texte de Pierre Philippe LeBlanc

Blaine Higgs a répété lundi et mardi que s’il forme le prochain gouvernement, les électeurs peuvent s’attendre à ce que le Nouveau-Brunswick suive la Saskatchewan et l’Ontario dans la poursuite lancée contre le gouvernement Trudeau au sujet de la taxe carbone. Blaine Higgs promet aussi de contrer toute tarification du carbone du fédéral avec un allègement fiscal provincial.

Le chef progressiste-conservateur soutient qu'une taxe carbone coûterait des emplois au Nouveau-Brunswick sans même réduire les émissions de gaz à effet de serre de la province, et il attaque le plan de son homologue libéral, Brian Gallant.

Nous savons déjà que Brian Gallant ne défendra pas la province – nous l’avons vu arriver avec Énergie Est. Un gouvernement progressiste-conservateur s’assurera que nous [atteindrons] nos objectifs d’émissions et fournira des mesures incitatives pour l’énergie verte et le développement de l’écotechnologie. L’approche de Brian Gallant nous coûtera des emplois. Notre approche en créera, a déclaré Blaine Higgs, par voie de communiqué.

Le plan fédéral de taxation du carbone entrera en vigueur le 1er janvier 2019 et sera imposé dans les provinces qui n’ont pas élaboré leur propre plan.

Le gouvernement sortant de Brian Gallant a annoncé en décembre dernier son plan de verser une part des revenus de la taxe provinciale sur les carburants à un nouveau fonds qui financera des initiatives de lutte contre les changements climatiques. Le chef libéral assure que son plan ne coûtera rien de plus aux Néo-Brunswickois, et que c’est plutôt celui de Blaine Higgs qui risque de coûter cher.

Notre plan est la façon qu’il faut procéder. Notre plan ne va aucunement avoir le consommateur payer plus. Alors, dans le cas de Blaine Higgs avec son manque de plan, il essaie de dire qu’il n’y aura pas d’impact sur les gens du Nouveau-Brunswick, mais ce ne sera pas le cas.[...] Il a dit lui-même qu’il va aller en cour, mais il a déjà admis qu’il va probablement perdre, alors lorsqu’il va perdre, ça va être le mécanisme du fédéral qui va être imposé ici au Nouveau-Brunswick, qui veut dire que les gens vont payer davantage, affirme Brian Gallant.

Une bonne stratégie pour les progressistes-conservateurs?

Un mouvement contre une taxe carbone se dessine au Canada avec la poursuite lancée par la Saskatchewan et appuyée par l’Ontario, explique Roger Ouellette, professeur de science politique à l’Université de Moncton, et la stratégie des progressistes-conservateurs de Blaine Higgs de faire campagne contre toute tarification du carbone peut leur être favorable, selon lui.

Roger Ouellette en entrevue dans les studios d'ICI Acadie.Le politologue Roger Ouellette rappelle que le progressiste-conservateur Doug Ford, en Ontario, a lui aussi fait campagne contre la taxe carbone (archives). Photo : Radio-Canada

On dirait qu’il y a une espèce de momentum, si on veut, auprès de plusieurs provinces canadiennes de s’opposer à cette taxe carbone. Donc, je dirais que sur le plan de la stratégie électorale au Nouveau-Brunswick dans la campagne, c’est une proposition des conservateurs qui ne va pas du tout, à mon avis, leur nuire sur le plan électoral, estime le professeur Ouellette.

De plus, ajoute Roger Ouellette, le plan des libéraux de Brian Gallant annoncé l’hiver dernier est moins clair que celui des progressistes-conservateurs.

Je ne sais pas s’il y aura un débat des chefs en anglais, mais s’il y en a un, voilà un dossier où M. Gallant sera vulnérable parce qu’il devra s’expliquer, parce que pour le moment on a juste le droit à de la confusion, dit-il.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale