•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bilinguisme : les candidats conservateurs francophones sont-ils d'accord avec Blaine Higgs?

Les deux candidats assis côte à côte lors de l'investiture de Blaine Higgs.

Kevin Haché et Robert Gauvin sont tous les deux des candidats francophones pour le Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Radio-Canada

Radio-Canada a demandé à certains candidats francophones du Parti progressiste-conservateur (PPC) s'ils étaient d'accord avec l'idée d'ouvrir des postes bilingues à des personnes unilingues dans la fonction publique. Voici leurs réponses.

Un texte d’Anaïs Brasier avec les informations de Michel Corriveau

Gérald Lévesque, Edmundston-Madawaska-Centre : d’accord

J’en ai discuté avec le chef et il n’a pas les mêmes positions qu’il avait antérieurement. Au niveau des emplois, je pense qu’on peut regarder le modèle fédéral : on peut nommer des personnes unilingues dans un poste bilingue, en autant qu’il y a des engagements précis et complets d’apprendre l’autre langue dans un délai, sinon on change de candidat ou on offre un nouveau poste.

Le candidat progressiste-conservateur arrive à l'investiture du chef du parti, Blaine Higgs.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gérald Lévesque se présente pour la circonscription Edmundston-Madawaska-Centre.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Moi je suis quand même à l’aise avec Blaine Higgs, mais ça prend des francophones dans l’équipe qui vont pouvoir s’asseoir à la table avec lui. C’est pour ça que je me présente.


Jeannot Volpé, Madawaska-Les-Lacs-Edmundston : d’accord

[Blaine Higgs] n'a jamais dit qu’il était contre les francophones. Il a dit que, dans certains cas, on devrait prendre le temps de s’adapter graduellement. Les places où on essaie de pousser trop vite, on peut nuire aux services rendus à la population. Donc on va dans la bonne direction, mais prenons le temps de mettre les bonnes fondations en place pour se rendre là. 

Le politicien durant l'investiture du chef du Parti progressiste-conservateur, Blaine Higgs.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jeannot Volpé se présente dans la circonscription Madawaska-Les-Lacs-Edmundston.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

On n’a pas toutes les personnes bilingues dont on a besoin aujourd’hui, donc on va les former.


Robert Gauvin, Shippagan-Lamèque-Miscou : pas d’accord

Je pense que les fonctionnaires doivent être bilingues. Pour moi, la langue est une compétence au Nouveau-Brunswick. Je suis très heureux que M. Higgs dise qu’on n’est pas obligé de suivre la ligne de parti si on n’est pas d’accord avec quelque chose.

Je dois ma vie à deux choses. Je dois ma vie au public et à la culture acadienne et je vais défendre ça jusqu’à ma mort.

Robert Gauvin, candidat pour le Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick


Kevin Haché, Caraquet : pas tout à fait d’accord

Il y a certains postes qui doivent être bilingues. [...] Le bilinguisme est important et il faut travailler fort là-dessus.

Le maire de Caraquet arrive à l'investiture de Blaine Higgs. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kevin Haché se présente dans la circonscription de Caraquet.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

[Ouvrir les postes bilingues à des personnes unilingues], c’est une des positions que Blaine Higgs a soulevées et on n’en a pas encore discuté, mais il faudra qu’on en discute. Je ne suis pas tout à fait d’accord. Mais le problème avec les ambulanciers, il n’y en a pas dans le nord de la province, alors qu’est-ce qu’on fait? Est-ce qu’on met la population en danger ou est-ce qu’on trouve une façon temporaire de régler le problème?


Claude Landry, Tracadie-Sheila : d’accord

Je pense que M. Higgs, lorsqu’il a parlé de ça, visait surtout le problème qu’on a avec Ambulance Nouveau-Brunswick. Et ça, c’est un dossier qu’il va falloir réévaluer parce qu’on a de très gros problèmes. La position de M. Higgs, c’est qu’on doit travailler avec Ambulance Nouveau-Brunswick, c’est là qu’il veut en venir.


Diane Cyr, Campbellton-Dalhousie : d’accord

Je pense que si je tombe malade et que j’ai besoin d’une ambulance... Le langage c’est important, être bilingue c’est important, mais s’il y a deux personnes là, un juste français et un juste anglais, les deux ensemble peuvent travailler fort pour aider la personne malade.

La candidate du Parti progressiste-conservateur lors de l'investiture de Blaine Higgs. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Diane Cyr se présente dans la circonscription de Campbellton-Dalhousie.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Tu as besoin d’être servi dans la langue de ton choix. Une personne juste française et une personne juste anglaise peuvent travailler ensemble.


Charles Stewart, Restigouche-Chaleur : d’accord

Oui je suis d’accord. J’ai fait l’ambulance longtemps. On va les prendre et après on va faire sûr qu’ils parlent les deux langues. Dans ma circonscription, les ambulances c’est une grosse affaire.

Le candidat du Parti progressiste-conservateur lors de l'investiture de Blaine Higgs.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Charles Stewart se présente dans la circonscription Restigouche-Chaleur.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Radio-Canada a rencontré des candidats du Parti progressiste-conservateur (PPC) lorsqu'ils se sont rassemblés à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, pour l’investiture de leur chef, Blaine Higgs, lundi soir.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale