•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Martine Ouellet lance le Mouvement Québec indépendant

La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, lors d'une conférence de presse à Québec en mars 2017.

Martine Ouellet

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Martine Ouellet demeurera active sur la scène politique québécoise et canadienne à travers le Mouvement Québec indépendant (MQI).

Un texte de David Rémillard

L’ex-chef du Bloc québécois en a fait l’annonce lundi, au lendemain d’un rassemblement tenu à Montréal où le nom et les grandes lignes du projet ont été dévoilés à ses sympathisants.

Outre Mme Ouellet, de proches collaborateurs comme sa conseillère politique Nathaly Dufour et son attaché politique Patrick Ney ainsi que la députée bloquiste Marilène Gill font partie des fondateurs. S’ajoutent le politologue Denis Monière et l’ex-ministre péquiste Gilbert Paquette, également membres de sa garde rapprochée.

« La base du mouvement » repose sur le « transparlementarisme », un concept mis de l’avant par Mme Ouellet lorsqu’elle était à la tête du Bloc. « On conçoit le Québec avec l’ensemble des pouvoirs qu’on veut avoir », a résumé Nathaly Dufour, qui a accepté de parler à Radio-Canada, Mme Ouellet n’étant pas disponible pour une entrevue lundi.

Selon elle, le terme a été « galvaudé » et « mal interprété » en raison de la double fonction qu'occupait Martine Ouellet, qui était à la fois députée provinciale et chef d'un parti fédéral. Or, selon Mme Dufour, le transparlementarisme consiste surtout à « sortir du cadre » imposé par la Constitution canadienne, qui sépare les pouvoirs entre le fédéral et les provinces.

Nathaly Dufour

Nathaly Dufour renonce à l'investiture du Parti québécois dans Jean Lesage.

Photo : Radio-Canada

Le MQI fera fi de cette frontière et prendra position sans égard aux compétences provinciales et fédérales, comme si le Québec était un pays.

« On se contente de fonctionner dans un cadre qui nous est imposé. [Le transparlementarisme,] c’est de pouvoir travailler les dossiers dans un angle indépendantiste sans dire : "Ah non, ça je n’en parlerai pas parce que c’est la compétence d’Ottawa" », a expliqué Mme Dufour.

Il n’y a pas de mouvement qui est orienté dans ce sens-là et je pense que, pour les années à venir, c’est particulièrement important de le faire.

Nathaly Dufour

Selon Mme Dufour, le mouvement aura d’abord son magazine, Oui je le veux, une suite à la brochure du même nom publiée par Martine Ouellet la veille de sa démission, début juin. La première parution est prévue pour « début octobre ». Une radio web est aussi dans les cartons.

Mme Dufour assure que le lancement n’a rien à voir avec la présente campagne électorale provinciale. Et si le MQI envisage de « produire des prises de position sur l’actualité », pas question de s’en mêler.

Vers un parti politique?

Patrick Ney, qui est par ailleurs le candidat du Parti québécois dans Vachon, ne voit aucun problème à porter ses deux chapeaux. À son avis, le MQI est transpartisan et se veut davantage un projet « pédagogique » pour bien expliquer le concept d’une République du Québec aux citoyens. « On se doit de continuer de publier ce genre d’information là », a-t-il dit.

À terme, rien n’exclut que le MQI devienne un parti politique, ont tous deux concédé Mme Dufour et M. Ney. Des candidats pourraient donc se présenter tant au fédéral qu’au provincial, selon Mme Dufour.

M. Ney, prudent, croit qu’il est encore beaucoup trop tôt pour parler de la formation d’un parti politique.

Politique provinciale

Politique