•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opposition au bac brun :  les élus se rencontrent

Un bac pour les déchets putrescible est installé dans la rue.Derrière, on y voit un bac à ordure.
Un bac brun. Photo: Radio-Canada / Lynda Paradis
Radio-Canada

La mairesse de Saguenay a rencontré lundi des représentants de la commission du développement durable pour faire le point sur le dossier des bacs bruns.

Selon le président de la commission, Simon Olivier Côté, le mouvement de contestation au projet démontre que la Ville doit mieux informer la population.

Il rappelle qu'un sondage révèle que 60 % des citoyens de Saguenay sont en faveur des bacs bruns. Il précise aussi que des subventions importantes sont rattachées au projet.

C’est sûr qu’on va prendre en considération ce que les gens nous ont dit, avec le débat qu’il y a eu la semaine dernière et depuis deux semaines.

Simon Olivier Côté, conseiller municipal

La commission fera une proposition aux élus prochainement en tenant compte de l'opposition au règlement d'emprunt.

 On est en réflexion présentement. On a devancé notre commission du développement durable en début de semaine prochaine. On va revenir après ça vers le conseil de ville avec une proposition de la commission , explique Simon-Olivier Côté.

De son côté, la présidente de l'Association des contribuables de Saguenay, Mélanie Boucher, invite la mairesse et le conseil municipal à refaire leur devoir dans ce dossier.

Mélanie Boucher estime que la signature du registre par quelque 6800 citoyens qui s’opposent au règlement d’emprunt démontre un mécontentement élevé dans la population, et ce, malgré le fait que le nombre de signataires était insuffisant pour forcer la tenue d'un référendum.

Mélanie Boucher estime que la Ville doit analyser les différentes technologies disponibles pour recycler les matières putrescibles et diffuser l’information les concernant à la population. Elle cite la méthode proposée par l’entreprise Gazon Savard.

 Ce qu’on relève beaucoup, c’est l’insatisfaction des gens face aux informations qu’on a eues comme quoi certaines solutions n’ont pas été analysées par la commission de l’environnement. Il faudrait que les conseillers et la mairesse se parlent plutôt sur l’information à donner au public des technologies qui n’ont pas été analysées , souligne Mélanie Boucher.

Saguenay–Lac-St-Jean

Environnement