•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La poutine fait son apparition dans la Russie de Vladimir Poutine

Une roulotte avec l'inscription « Poutinerie » est stationnée devant un bâtiment.

Le camion de la Poutinerie parcourt les routes de Russie depuis 2017.

Photo : Page Facebook @poutinerie.russe

La Presse canadienne

La poutine a désormais droit de cité au pays de Vladimir. Avec leur camion-restaurant, Masha Klimova et Alexeï Kolesov avalent les kilomètres depuis 2017 pour conquérir le cœur – et l'estomac – de leurs compatriotes en leur servant le copieux mets originaire d'un pays avec lequel la Russie est présentement en froid.

Les deux partenaires, dans la vie comme en affaires, comptent planter le drapeau d'une première poutinerie (à adresse fixe) à Moscou cet automne, après avoir passé les derniers mois à vadrouiller d'un festival à un autre pour tester leur produit et en mettre plein la panse à « une clientèle ciblée jeune, dynamique et ouverte aux nouvelles expériences ».

Toutefois, ils savent qu'ils ne peuvent pas encore crier victoire, car il leur manque toujours l'arme secrète : le fromage qui fait squik-squik. C'est ainsi que, pour répondre à leurs aspirations expansionnistes, ils accueilleraient à bras ouverts un allié du Canada qui serait prêt à leur révéler le mystère du précieux produit lacté, a signalé Masha dans un échange de courriels avec La Presse canadienne.

Appelons cela la diplomatie de la poutine.

Nous avons travaillé très fort pour adapter le mets à la clientèle russe en utilisant des produits locaux. Le principal problème, c'est le fromage en grains. C'est une sorte de fromage qui n'existe tout simplement pas en Russie. Aucun fromager ici n'a réussi à recréer ce fromage pour nous.

Masha Klimova, copropriétaire de la Poutinerie

« Nous sommes parvenus à recréer quelque chose d'assez similaire, mais nous souhaitons améliorer la recette encore davantage, a poursuivi l'entrepreneure. Nous invitons donc tous les chefs canadiens qui seraient intéressés à venir ici pour nous aider à maîtriser le produit et en faire la version la plus fidèle possible à l'original. »

Des poutines pour tous les goûts

Passionnés de cuisine, Masha et Alexeï ont toujours caressé l'idée d'ouvrir leur propre restaurant. En démarrant leur camion de bouffe, ils ont adapté la recette de la poutine aux palais russes.

La poutine originale trône au sommet du palmarès des plus populaires, devançant celle garnie de bacon, de fromage bleu, de poire et d'oignons croustillants. « Les plus courageux optent pour la poutine crabe, sauce à la noix de coco et lime. Un mélange vraiment cool qui n'est toutefois vraiment pas pour tout le monde », a souligné Masha.

Mais ce qui fait vibrer les papilles de la jeune femme de 25 ans originaire de Saratov, à un peu plus de 700 km au sud-est de Moscou, c'est la poutine Stroganov. « C'est une adaptation parfaite pour le marché russe, selon moi : du boeuf et des champignons dans une sauce à base de crème sure », a-t-elle argué.

Quelques poutines de la Poutinerie :

  • Classique : 250 roubles (environ 4,80 $)
  • Chili con pollo : 350 roubles (environ 6,75 $)
  • Bœuf Stroganov : 350 roubles (environ 6,75 $)
  • Crabe : 400 roubles (environ 7,75 $)
  • Saumon au caviar rouge : 450 roubles (environ 8,65 $)

Tout au long de l'échange épistolaire, Masha qualifiera de « canadien » et non de « québécois » le copieux plat.

En revanche, lorsqu'on l'a croisée au festival de culture alternative Faces and Laces du parc Gorki (lieu où convergent les hipsters moscovites) il y a quelques jours, elle a dépoussiéré son français, qu'elle n'avait pas parlé depuis des années. Un faux pas diplomatique pardonné?

Quoi qu'il en soit, ce matin-là, il a été impossible de déguster l'une ou l'autre des déclinaisons russes du mets, les fourneaux n'étant pas encore allumés au moment de la visite de La Presse canadienne. Il fallait d'abord ouvrir boutique, grimper sur le toit pour installer l'enseigne « Poutinerie » (Alexeï) et nettoyer les barils qui font office de tables tout en supervisant deux jeunes employés (Masha).

Une personne tient entre ses mains un bol de poutine garnie de poulet, poivrons et tomates.

La poutine mexicaine de la Poutinerie

Photo : Page Facebook @poutinerie.russe

Sur les réseaux sociaux, on peut lire des critiques culinaires de festivaliers qui ont goûté aux créations du couple. Depuis le début de l'aventure, en 2017, Masha dit avoir vu défiler à son comptoir des dizaines de Canadiens. « Nous avons eu des clients de Toronto, de Montréal et de Québec », dont certains ont offert « des commentaires variés » qui ont, selon elle, mené à des améliorations continuelles du produit.

Et la clientèle russe?

D'abord, un nombre incalculable d'entre eux s'étonnent de découvrir que le président de la Russie, Vladimir Poutine, a un mets qui porte son nom au Canada. « Nous répondons chaque jour à des gens qui nous disent : "Quoi? Ai-je bien entendu? Poutine, c'est un plat avec des frites au Canada?" », raconte Masha.

L'entrepreneure, qui a suivi une formation en journalisme à l'Université de Moscou, précise que, pour certains Russes, l'information s'avère difficile à digérer : « Il arrive que des gens réagissent négativement et qu'ils nous reprochent de nous moquer du président. En revanche, c'est seulement une minorité de personnes. »

Sa propre initiation à la poutine remonte à l'époque où elle étudiait le français à son école de Saratov, dans un cours optionnel où l'on abordait notamment la culture québécoise. Elle est passée de la théorie à la pratique, goûtant au mets lors d'une visite... en France. « C'était OK, mais je sais qu'on peut goûter la meilleure poutine seulement au Québec », indique-t-elle.

Tout de même, elle a apprécié l'expérience gastronomique. « Je me suis dit que les Russes étaient habitués à ce mélange d'ingrédients et que ça leur plairait », a-t-elle ajouté.

Car si les pommes de discorde entre Moscou et l'Occident sont nombreuses par les temps qui courent, leur affection pour le tubercule les unit. « Aux États-Unis, au Canada, en Belgique et dans bien d'autres coins du monde, les gens aiment beaucoup les pommes de terre. La Russie n'y fait pas exception », fait remarquer Macha.

Si tout se passe bien, d'ici quelques mois, une version russe du « stand à patates » québécois aura pignon sur rue à Moscou. « L'ouverture de notre premier restaurant est prévue le 1er octobre prochain. Et nous n'avons pas l'intention de nous arrêter là : nous rêvons d'une chaîne de restaurants », annonce la jeune femme.

Alimentation