•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pape recommande la psychiatrie pour l'homosexualité décelée dès l'enfance

Le pape François pointe du doigt en s'exprimant devant des journalistes.

Le pape François avec des journalistes au retour d'un voyage en Irlande

Photo : Reuters

Associated Press
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le pape François a recommandé dimanche le recours à la psychiatrie lorsque des parents constatent des penchants homosexuels dès l'enfance chez leur progéniture, au cours d'une conférence de presse dimanche dans l'avion qui le ramenait d'Irlande à Rome.

Un journaliste lui a demandé ce qu'il dirait à des parents constatant les orientations homosexuelles de leur enfant.

« Je leur dirais premièrement de prier, ne pas condamner, dialoguer, comprendre, donner une place au fils ou à la fille », a répondu le pape.

Dans le même temps, il a estimé qu'il fallait tenir compte de l'âge des personnes.

« Quand cela se manifeste dès l'enfance, il y a beaucoup de choses à faire par la psychiatrie, pour voir comment sont les choses. C'est autre chose quand cela se manifeste après vingt ans », a dit le pape François.

« Je ne dirai jamais que le silence est un remède. Ignorer son fils ou sa fille qui a des tendances homosexuelles est un défaut de paternité ou de maternité », a-t-il déclaré.

En 2013, le pape avait fait preuve d'une ouverture inédite à l'égard des personnes homosexuelles avec sa fameuse formule « qui suis-je pour juger? », sans pour autant remettre en cause la doctrine de l'Église qualifiant l'homosexualité d'acte « désordonné ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !