•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une manifestation pour que Montréal respecte la loi sur le fleurdelisé

Trois drapeaux devant l'hôtel de ville de Montréal

Devant l'hôtel de ville de Montréal, le drapeau du Canada occupe la place d'honneur. Cette pratique est contraire à une loi provinciale sur le drapeau du Québec.

Photo : Radio-Canada / Romain Schué

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des dizaines de manifestants se sont rassemblés dimanche devant l'hôtel de ville de Montréal pour exiger que l'administration Plante respecte les dispositions de la Loi sur le drapeau et les emblèmes du Québec, qui dicte le protocole à suivre lorsqu'il est question d'afficher le fleurdelisé.

Brandissant bien haut le drapeau bleu et blanc, l'un des manifestants a affirmé que la manifestation organisée par l'Union patriote de Montréal avait pour objectif de « rafraîchir la mémoire à la mairesse » et de pousser son équipe à respecter la loi.

Plus tôt cette année, Montréal était rappelée à l'ordre par le ministère de la Justice en raison de plusieurs violations des nombreux critères à respecter lors des cérémonies officielles ou tout simplement pour l'affichage des drapeaux à l'extérieur des bâtiments publics.

Dans la salle du conseil municipal, entre autres, on ne voit que le drapeau de Montréal. Ce devrait pourtant être celui du Québec, souligne la loi.

Ailleurs, que ce soit devant les bâtiments administratifs ou les bibliothèques des arrondissements, ou carrément sur les immeubles où sont les institutions de la Ville, comme la Cour municipale, on a omis d'afficher le fleurdelisé ou encore on l'affiche dans le mauvais ordre.

Lorsque trois drapeaux sont hissés côte à côte, par exemple, celui du Québec devrait occuper la « place d'honneur » au centre, plutôt qu'à l'une des extrémités.

De son côté, la Société Saint-Jean-Baptiste soutient que le refus de se conformer à la loi témoigne, de la part des dirigeants municipaux, de la perception de Montréal comme d'une « cité État », et que la métropole n'est donc pas soumise aux mêmes règles que le reste du Québec.

Les deux principaux partis représentés au conseil municipal, Projet Montréal et Ensemble Montréal, sont fautifs dans ce domaine.

La Ville a fait savoir que les résultats d'une révision de la politique du pavoisement, qui concerne l'affichage des symboles officiels, seront connus cet automne.

Avec les informations de Michel Marsolais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !